Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 SASKJA ☾ if we share this nightmare we can dream spiritus mundi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité




MessageSujet: SASKJA ☾ if we share this nightmare we can dream spiritus mundi    Ven 19 Aoû - 16:09
Saskja Bextor

Yo ! Comme tu as pu lire, moi c'est saskja mais ma maman m'appelle kulka, parce que je suis son kool kat. Et c'est aussi mon nom de scène. Je fête cette année mes 27 ans, je suis née le 22 janvier à Oslo, en Norvège. J'ai des origines slaves et ma nationalité est Américano-Norvégienne. Je vis à New York depuis que j'ai 12 ans, dans le quartier de Brooklyn. Ici je suis chef d'édition dans la littérature jeunesse, mais j'aime aussi (et surtout) taper dans des sacs, chanter à m'en bousiller les cordes vocales, et les poivrons, en revanche ne me demandez pas de parler boulot en dehors de mes heures, je n'aime pas ça. C'est sans doute pour ça que mon crew c'est plutôt les suits ! On me distingue d'ailleurs par une allure folle, un style impeccable, et des talons plus hauts que ta *bip*, et on dit souvent que j'ai un air de famille avec Kai (en vrai elle s'appelle Alessia de Gasperis Brigante).
Il paraît que je suis ambitieuse (et charismatique et persévérante) mais aussi irraisonnable (et capricieuse et sarcastique). Personne n'est parfait. D'ailleurs personne ne le sait mais si j'ai eu ce poste haut placé aussi rapidement c'est que j'ai couché. Et pour aller un peu plus loin dans l'intimité on peut dire que je suis lesbienne et désespérément seule.

elle est tout le temps en train de boire. elle emporte une bouteille, un thermos, une gourde, partout avec elle, tout le temps. que ce soit du café ou du thé, de l’eau ou du jus, du bouillon ou de la tequila, un récipient incandescent occupe ses mains en permanence.

un (ou plusieurs) carnet est toujours fourré dans son sac ou dans sa poche (les jours où ses habits sont munis de grandes poches) s’il n’est pas dans ses mains turbulentes. il faut qu’elle écrive, qu’elle gribouille, qu’elle dessine, il faut qu’elle mette toutes ces idées sur papier.

elle est végétarienne et elle mange bio. #vegan #healthy #organic #ethical

sur les conseils de Feu William Morris, elle ne possède rien dans sa maison qu’elle ne sait pas utile ou ne juge pas magnifique. il faut reconnaître que sa décoration est d’un goût très sûr (tout comme son look.)

adorant les plantes mais n’ayant aucun talent pour le jardinage (seule contrainte à la culture de son propre potager), elle collectionne les cactus et les conquêtes et ne s'occupe ni des uns ni des autres : un verre de temps en temps, rien de très compliqué, l'entretient de ces bestioles est relativement à portée de main-pas-verte.

elle vit seule dans une maison trop grande. elle se dit que l’espace et la solitude forment une combinaison propice à l’inspiration : elle a beau être éditrice jeunesse, elle essaie d’écrire un opéra électronique. il lui arrive d’inviter des inconnus et de les faire jouer du piano, de les faire parler toute la nuit, de leur cuisiner un repas et de les observer manger. une démarche artistique visant à accroître son imagination et l’authenticité de ses personnages musicaux fictifs.

elle aime les hamacs, les voyages en train, passer son pouce sur la tranche des gros livres pour en sentir rouler toutes les pages, les odeurs florales et le son des tam-tams.

elle change ses draps tous les trois jours et met du parfum sur les oreillers. elle aère même quand il pleut et range son vélo dans sa cuisine.

elle écoute surtout du Rock et porte des t-shirts à la gloire de ses groupes favoris quand elle est chez elle. en public c’est une femme chic. une femme chic qui hoche frénétiquement la tête en écoutant Hell’s Bells dans le métro.

elle s’emporte très vite, souvent pour se radoucir aussitôt. “non” est un mot reflex dans sa bouche. elle terrifie les stagiaires de la maison d’édition.

comme c’est compliqué d’avoir le mojo quand on est gaulée comme une madeleine, Saskja a adopté un mode de vie hypersain depuis sa prise de conscience spirituelle. elle fait beaucoup de sport, se vide la tête en sortant tous les jours — ne serait-ce que pour faire un tour, mange équilibré, ingurgite des quantités incalculables de thé vert non sucré, mais elle est toujours triste, c’est une brume sombre qui grogne et qui couine, qui enrobe son être et qui la rend vulnérable — insupportable idée ! elle se lasse aussi vite que ne se reproduisent un troupeau de souris sous acide. elle a besoin d’un rythme effréné et de compagnie électrique, sans quoi, eh bien, elle s’endort. je veux dire : elle ne plonge pas dans une sieste comateuse lorsque le décors est calme, mais son cœur se glace, ses yeux se remplissent de larmes, et une tristesse effroyable s’empare de tout son petit être. elle pleure des fantômes. c’est la rupture imaginaire, qui sort de nulle part, qui ne s’accroche à rien, qui n’a pas vraiment de sens, mais qui prend son cœur entre ses griffes et qui s’en sert comme grattoir.
alors elle sort, mais ça ne suffit pas.
alors elle joue, elle écrit, elle gueule seule dans son salon, elle gueule moins seule sur scène, et elle retourne à la salle pour taper dans des sacs.


les yeux qui clignent peu souvent, tout le corps semble au ralenti. Saskja se déplace lentement, respire lentement. on croirait qu’elle regarde lentement si l’on puis dire. un regard simple, yeux, trajectoire ; regard. il n’est pas vide pour autant, au contraire, il se remplit, lentement, simplement. profitant. tout chez elle est très simple. ses habits. ses expressions faciales (elle en possède trois : le sourire pour quand on raconte des blagues, l’expression satisfaite pour tout le reste, et les sourcils froncés pour quand elle est contrariée, parfois nuancés par une petite moue, sobre elle aussi. quoi que, elle n’utilise presque jamais cette dernière).
il y a un visage autour du regard. il y a tantôt Oslo, tantôt NYC ou une autre mégalopole dans laquelle son job l'oblige à partir en déplacement en face de Saskja. les yeux c’est elle, la trajectoire c’est l’autre. ô visage stupéfait devant celui qui passe et passe intouché. ô glaise du visage figé dans son rire panique face a celui qui passe intouché.
elle semble être la sérénité incarnée. des traits orientaux, yogi, pratiquante de l’entretient de bonzaïs, ces arbres miniatures au milieu de cailloux miniatures que l’on chatouille avec un râteau miniature pour dessiner des vaguelettes, des courbettes, des cercles miniatures. derrière ce masque de stupeur figée, elle paraît pressée. comme toujours, pour elle, tout relève de l’urgence ; tout, tout de suite. intacte à jamais, elle sait qu’ici c’est marche ou crève. elle, veut vivre. vivre. vivre.


son pseudo c’est Kulka. Kulka c’est un chat, c’est un cool cat.



• Elle naît en Norvège dans un foyer somme toute classique, plein d'amour et d'histoires de famille. Saskja passe une enfance normale.
• Vers l'entrée au collège elle sort avec son amie d'enfance, Lucy, sa chérie de toute la vie, et peine à tisser des liens amoureux depuis son déménagement loin d'elle peu de temps ensuite, quand elle a 12 ans.
• Rongée par ses fantômes depuis qu'elle est à New York, Saskja s'enferme dans un mutisme partiel et se construit peu à peu une carapace, dure et opaque, de laquelle elle ne sort que rarement en public, où quand elle se produit sur scène (et hoplà elle la remet vite fait en backstage.)
• Elle veux plaire sans choquer, susciter de l'admiration et faire grossir sa réputation. Elle reste une chef d'édition absolument terrifiante. Elle possède une forte autorité naturelle.


LIENS RECHERCHÉS :

• d'éventuels futurs colocs, des gens qui veulent visiter la maison dans laquelle elle vit seule (mais qui est trop grande pour une)

• des inconnus qui lui ont servi d'inspi pour son projet d'opéra électro (elle les invite chez elle ou ailleurs, elle leur fait raconter des trucs, jouer du piano, dessiner des animaux...)

• des stagiaires à terrifier chez Jenkins Publishing House (ou tout autre personnel)

• une bonne amie (ou un bon ami) car on a tous besoin d'amouuuur

• une jolie fille à draguer

• des fans de Kulka

avatar
Invité




MessageSujet: Re: SASKJA ☾ if we share this nightmare we can dream spiritus mundi    Ven 19 Aoû - 16:28
LES MADAMES


avatar
Invité




MessageSujet: Re: SASKJA ☾ if we share this nightmare we can dream spiritus mundi    Ven 19 Aoû - 16:29
LES MESSIEURS


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SASKJA ☾ if we share this nightmare we can dream spiritus mundi    
 

SASKJA ☾ if we share this nightmare we can dream spiritus mundi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sweet Nightmare} Manni
» Nightmare | Solitaire Sadique { nouveau perso' } | MANQUE LE KIT |
» You were my nightmare, but now, I love You... [PV:Janny ♥]
» Exp. Share
» American Nightmare [PV Hugo Strange / Romulus / Katana]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: chill on the hill :: Archives fiches-