Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
FONDATEUR SE7EN
avatar
Riley L. Morris

▼ Date d'inscription : 10/09/2014
▼ Messages : 1992
▼ Avatar : Josh Franceschi
▼ Crédits : BPurified



MessageSujet: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Mer 16 Déc - 0:10

FEAT. Georgia Lolita Jarmusch
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 595 mots.

Est-ce que j'aurais du dire non ? Peut-être. Peut-être que j'aurais du refuser, ouais. Mais je vais pas mentir, si j'avais vraiment voulu pas la revoir, peu importe le contexte, j'aurais jamais envoyé ce texto sur Captain Britannia y a quelques temps. Parce qu'après Halloween, enfin, le lendemain, elle avait rien retenté. Elle avait pas réécrit, et ça aurait été super facile de faire comme si rien s'était passé. Il aurait juste fallu que j'évite l'appartement de Dakota et que je garde Logan chez moi, et que j'évite certaines soirées. Ouais, bon, en soi, c'est pas des masses possible. Mais sur le principe, on comprend.
Mais ouais, y a plus d'un truc qui m'ont fait me dire, « eh, c'est rien, tu t'es fait avoir comme un con, mais tu peux quand même taper la discut' avec ! ». D'abord, justement, cette histoire de Dakota et de soirées et compagnie. Je veux dire, on se serait forcément retombés dessus à un moment ou à un autre, alors vaut mieux qu'on ait eu le temps de traîner ensemble un peu entre nous avant, nan ? Puis, même si on met de côté ce qui s'est passé -et même si j'en ai pas totalement envie, c'est franchement une meilleure idée de le foutre de côté-, ben elle a l'air plutôt cool, comme nana.

Alors ouais, quand Georgia m'a envoyé un texto pour aller à la fête foraine dans le Bronx, ben j'ai dit OK. Et là je l'attends, les mains dans les poches, une écharpe autour du cou plus par habitude que par réel besoin, observant les gens qui passent et écoutant les choristes qui s'éclatent un peu plus loin. Ça sent les fêtes à plein nez, avec toutes ces lumières qui font qu'on voit aussi bien qu'en plein jour, et je réalise un peu comme tout le monde que putain, cette année est passée rapidement. Je me tiens là, comme un con, essayant de pas penser à ce qui m'est arrivé cette année, essayant aussi d'ignorer le fait que je vais revoir une fille avec qui j'ai couché alors qu'elle est maquée avec un pote. Essayant de pas me rappeler la nuit qu'on a passé ensemble parce que je sais pas si ça me foutra en rogne ou si ça me donnera envie de recommencer, ce qui est pire. Je sais pas pourquoi j'ai dit oui, c'est surement une idée de merde. Ça fait plus d'un mois, que je me dis. Les choses auront surement évolué, que je me répète. Après tout, j'ai eu le temps de ruminer dans mon coin, de me faire à l'idée que ouais, je me suis fait niquer, un peu. Ça arrive. Si je mets ça de côté, ça peut aller. On peut s'entendre, nan ?

Je sais pas ce que je fous. Je suis pas le genre de mec qui réfléchit particulièrement avant d'agir, et pourtant j'ai fait vachement gaffe à ce que je lui écrivais. Et franchement, je sais pas ce qui me dérange le plus : L'idée que j'ai pu dire oui sans y réfléchir avant, ou l'idée que j'ai pu dire oui en y ayant trop pensé justement...

« Je suis juste à coté de l'entrée », dit le texto que je lui ai envoyé y a quelques minutes. L'entrée, où y a vraiment masse de monde qui passe. Je me dis un instant que c'est pas l'endroit le plus intelligent pour se retrouver, mais peut-être que c'est pire après, avec les allers-retours entre les stands. De toute façon, il est trop tard pour bouger, aller chercher une autre place où se retrouver risque plus de lui filer l'impression que je me suis barré.
You got me spinning like I'm on drugs

♡............................................................ ♥




Hey girl the touch of your skin just takes me higher
Baby, baby you win, I'm never letting you go

(c) acidbrain
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Dim 20 Déc - 19:48
You got me spinning like I'm on drugs


IL A DIT OUI PUTAIN. C'est quoi ton problème ? T'es toujours obligée de t'emballer là comme ça quand un mec te plais ? Il connaît Ariel, est-ce raisonnable ? Ranafoutre, t'étais pas au courant, ou c'était prévisible, en tout cas ils sont pas si proches que ça sinon t'aurais déjà fréquenté Riley en quatre ans, via Ariel, or c'est pas le cas. Alors. PSCHT. IL A DIT OUI. Georgia regarde son téléphone et la réponse de celui qui l'avait ignorée. Peut-être en fait qu'il ne l'avait pas ignorée ? Peut-être qu'il avait juste oublié son téléphone, puis son message, puis voilà ? Il se tramait quoi entre eux ? Georgia ne sait pas. Il se trame quoi avec Ariel ? Georgia ne sait pas. Il se trame quoi du côté de Bellamy ? Georgia est loin de s'en douter. Les évènements se déroulent trop dans tout les sens , dans une logique qui lui échappe. Elle est agacée de céder à Ariel elle est agacée de devoir se répéter 35 000 fois qu'il n'y a pas d'espoir à avoir. Elle est enthousiaste quand elle comprend plus ou moins ce que Riley produit comme effet sur elle, ça lui donne un bout d'espoir, il ne s'agit pas de trouver un bouche-trou, ça n'a jamais été le cas, bien sûr qu'elle n'a pas envie d'attendre après le bon vouloir d'Ariel, bien sûr qu'une partie d'elle voudrait se remettre avec Ariel, qu'il confirme être l'homme de sa vie comme elle l'a si fortement pensé ces dernières années. Mais Riley a changé la donne. Il a ouvert une porte sur un autre chemin, inconnu, et Georgia a envie de voir où ce chemin peut mener. Alors elle sourit en regardant son téléphone avant de sautiller comme un petit singe partout dans sa chambre.

Après avoir enfilé un body noir, un slim noir et des converses blanches Georgia a enfilé l'un de ses manteau fifous, rose pâle et tout poilu. Elle a quitté son appartement le pas léger, mais plus elle se rapproche de la fête foraine plus son coeur s'amuse a raté le coach. Et si il se montre froid, comme à Halloween ? Bah non. Ils ont bien parlé de Gotham city, ça devrait aller. Hein ?
Blondie s'allume une clope, quitte à geler ses doigts, avant de checker son téléphone. L'entrée donc. HMHMHMHMHMHMHM. La New Yorkaise relève la tête et cherche un peu, se mettant sur la pointe des pieds parfois avant de se diriger vers la droite, puis l'apercevoir. Elle trottine vite fait jusqu'à lui, tout aussi enjouée que lorsqu'il se sont vraiment rencontrés. ✤ Me voilààà ! s'exclame-t-elle avant d'ajouter : ✤ On commence par quoi ? Tu veux faire quoi ? Ya trop de choix ! Enfin on dirait, de loin avec toutes les lumières et tout. Sur ces mots, Georgia commence à marcher, entrant officiellement dans la fête, terminant sa clope, sans trop savoir si elle devait dire un truc en particulier. Sans doute que non, puisqu'il avait accepté. Plus de malaise alors ?
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bruits du trottoir

▼ Date d'inscription : 24/09/2015
▼ Messages : 110
▼ Avatar : danger
▼ Crédits : nothern light



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Lun 21 Déc - 13:38

Vous avez un nouveau message !


Cher Riley, Chère Georgia, votre téléphone sonne, les Bruits du trottoir ont une information pour vous :

" Ariel et dakota en train de se bécoter dans de la mousse. il y en a à qui ça va pas plaire. *tousse* " quel goût ça a, la trahison ?


Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SE7EN
avatar
Riley L. Morris

▼ Date d'inscription : 10/09/2014
▼ Messages : 1992
▼ Avatar : Josh Franceschi
▼ Crédits : BPurified



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Mar 22 Déc - 1:28

FEAT. Georgia Lolita Jarmusch
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 516 mots.

Elle se pointe, l'air ravi, avec un manteau qui m'arrache un haussement de sourcil amusé. Qu'est-ce qu'elle porte encore, sérieux ? Je peux pas m'empêcher de me demander combien de tenues dans le genre elle a comme ça, et ce qu'il peut bien y avoir d'autre. Elle enchaîne direct en rentrant, sans prendre le temps de se poser deux secondes, aussi rapide et motivée que le soir où on s'est vus pour la première fois. Cette fois-ci, elle me traîne pas, mon bras restera donc sauf, mais je la suis comme si c'était le cas, à peine éloigné d'elle. Elle arrive à avancer avec une fluidité qui m'impressionne étant donnée la masse de monde qu'on croise ou qu'on dépasse et malgré ma taille, je reste derrière elle, la laissant fendre la foule en deux. Je devrais pas la perdre, comme ça, mais si ça arrive je devrais pouvoir la trouver facilement, vu comment elle est fringuée...

Je t'avoue que j'y ai pas trop réfléchi avant de venir... Je me sens pas d'attaque à commencer de suite par les auto-tamponneuses, j'admets !

Je retiens de justesse une blague déplacée sur mon accident, le fait de rentrer une caisse dans une autre, et toutes les conneries du genre, parce que je me dis que c'est pas forcément le truc le plus judicieux du monde. Je sens mon téléphone vibrer dans ma poche de jean, m'arrachant un instant à mes réflexions. Je ralentis doucement, finissant par m'arrêter complètement devant l'un des stands de tir, mon attention portée sur le texto qui m'a été envoyé par un numéro que je connais pas. Le numéro, je me pose pas plus la question que ça, j'ai tendance à filer le mien à n'importe qui quand je suis en soirée, dès que je les aime bien, donc ça arrive bien plus souvent qu'on le pense. Le contenu du message, lui... Ouais, nan. Clairement ça va pas.

Putain mais tu m'expliques ce que c'est votre putain de problème à tous les deux ?

Mon éclat de voix fait tourner la tête des gens, qui s'éloignent pourtant assez rapidement, pas trop tentés par l'idée de se mêler à une engueulade quelconque.

Si vous êtes un couple libertin, j'en ai foutrement rien à battre, vous faites ce que vous voulez avec votre cul ! Mais bordel, ayez la décence de prévenir, putain ! Parce que ce que vous avez, j'veux pas y être mêlé, et je pense que Dakota non plus ! Je sais même pas pourquoi j'ai pensé que ça pouvait être une bonne idée de venir ce soir ! Même ça, je suis pas sûr de pouvoir !

J'ai le cœur qui bat dans les tempes, et ma colère est montée en tellement peu de temps que j'ai la tête qui tourne un peu. Bordel, franchement, j'aurai dû me douter. Me douter qu'en me faisant niquer une fois, ça risquait de se reproduire. J'ai envie d'en dire plus, de gueuler davantage, de jurer pour extérioriser, mais je suis tellement en rogne que j'arrive plus à desserrer les doigts, à détendre le moindre de mes muscles, ou à calmer ma respiration. Je sais pas dans quel bordel je me suis foutu, mais c'est quelque chose....
You got me spinning like I'm on drugs

♡............................................................ ♥




Hey girl the touch of your skin just takes me higher
Baby, baby you win, I'm never letting you go

(c) acidbrain
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Mar 22 Déc - 2:14
You got me spinning like I'm on drugs


Georgia lui lance un regard espiègle avant de rire un peu. ✤ Je viens à peine d'arriver que tu veux déjà me rentrer dedans ! plaisante-t-elle avant de hausser les épaules. ✤ Ouais okay ça me va ! Levant les bras comme une gamine, ou comme un batman qui voulait essayer de voler, Georgia rit un peu avant de sentir son téléphone. Cette fois-ci elle l'attrapa, juste pour s'assurer que ce n'était pas grand chose. Mais le numéro la fit s'arrêter de marcher, elle connaissait cette sauce là et ça l'effrayait. Quoi encore ?
Blondie relu le message plusieurs fois, sans comprendre. Son Ariel ? Et 'Kota, Dakota ? Sa Dakota, la Dakota à qui elle s'était confiée il y a peu ? Ou même, à qui elle se confiait depuis des années. Dakota qui l'avait vue accroc à Ariel, qui l'avait vue l'aimer avant qu'ils soient ensemble, une fois qu'ils étaient ensemble et après avoir été ensemble. Kota qui la surprenait parfois le soir, pleurant encore quand elle se sentait seule, surprise même quelques mois après, de ne plus avoir Ariel à ses côtés, de ne plus pouvoir lui écrire comme avant.. Surprise à devoir encore digérer l'échec de plusieurs espoirs nourris avec attention durant quatre ans.
Mais en y repensant, la dernière fois que Les Bruits du Trottoir s'était immiscé dans sa vie ils n'avaient pas tout à fait dit la vérité, ou peut-être que si.. après tout, elle se retrouvait avec Riley ce soir, non ? En tout cas, ils n'avaient rien inventés : Georgia avait bien prit un déjeuner avec Bellamy.
Les larmes lui montaient aux yeux quand on lui cria dessus, d'un coup. Quand Riley lui cria dessus, plus précisément. Lolita se retourna, les yeux écarquillés. Elle était tellement surprise, voire choqué, qu'elle n'avait pas vraiment saisit ce qu'il lui disait, jusqu'à ce qu'elle voit son téléphone et fronce les sourcils. Au moins, à s'emporter sans raison, Riley venait de couper l'ascension de ses larmes, ce ne serait que partie remise. Fixant Riley déblatérer, presque sans voix car elle ne l'aurait jamais soupçonné pouvoir s'énerver d'une telle manière, Georgia tente de faire le lien le plus rapidement possible entre tout ce qu'il disait, et bien des points d'ombres se soulevaient alors. Finalement, d'un certain côté, les choses ne semblaient pas si graves. De l'autre en revanche...
La jeune femme baissa la tête et déglutit. Elle n'avait pas envie de s'effondrer de la nouvelle alors que Riley avait besoin d'explications et se trompait sur toute la ligne, elle n'avait pas envie de lui faire regretter sa venue, ce qui semblait pourtant déjà fait. ✤ On est pas ensemble, ou du moins on est PLUS ensemble. L'air triste, la jeune femme secouait la tête en cherchant du regard un peu partout comme un point de repère, réfléchissant à par où elle devait commencer. Sans être certaine. ✤ Ariel et moi on a rompus avant l'été. "On", c'était un bien grand mot. Mais au final.. le résultat était le même, non ? ✤ Je t'ai pas.. Je t'ai pas invité ce soir pour te mêler à quoi que ce soit. Sa voix se brisa un peu et Georgia se retourna pour aller trouver un coin un peu moins dans le passage, un coin où elle pourrait "reprendre ses esprits" sans qu'on ne la dévisage, allumer sa clope sans se faire insulter. Un coin où elle ne verrait pas Riley se détourner d'elle et partir.
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SE7EN
avatar
Riley L. Morris

▼ Date d'inscription : 10/09/2014
▼ Messages : 1992
▼ Avatar : Josh Franceschi
▼ Crédits : BPurified



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Mar 22 Déc - 17:22

FEAT. Georgia Lolita Jarmusch
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 421 mots.

J'ai l'impression de revivre Halloween, je sais pas si c'est en pire ou si ça se vaut. Mais clairement, je revois la soirée, parce que je me retrouve là à péter mon câble, et elle fait la même tête que la dernière fois. J'entends ses mots, mais j'ai un peu de mal à les écouter, plus « concentré » sur son ton, sur sa voix, sur ses expressions, et je déglutis avec peine. Elle finit par se retourner pour commencer à se barrer, filant vers un coin un peu plus calme, avec moins de foule, me laissant jurer dans ma barbe avant de la suivre, mes talons frappant le sol avec bien plus de force que nécessaire.

Putain, Georgia !

Je devrais peut-être pas lui courir après, franchement. Avec tout ça, je me faciliterai bien davantage la vie en me cassant d'ici pour de bon. Mais la dernière fois elle m'a déjà fait le coup, à se tailler comme ça sans prévenir, et une fois suffit largement. Je sais pas si c'est le manque d'explications par rapport à la situation, mon égo qui fait que je déteste qu'on me foute en plan comme ça, ou quoi que ce soit d'autre, mais je me retrouve à l'écart avec elle alors qu'elle est avec sa clope, pas plus calme qu'avant, mais bien décidé à en parler.

Ça te prend souvent de te barrer comme ça, en lâchant un truc et en laissant les gens comme des cons ?

Au moins je gueule plus, y a du progrès. Je me sens pas mieux, ou pas moins mal, mais là on aura pas l'impression que je compte l'agresser à l'écart de la foule.

Sérieusement, si tu fais ça, comment tu veux que j'arrive à croire ce que tu me balances, bordel ?! Je sais pas, perso je suis pas trop du genre à embrasser mon ex et à m'y coller devant des gens quand j'suis en soirée, je t'avoue. Ça donne pas des masses l'impression que vous êtes plus ensemble, et quand tu te casses, ça aide encore moins. Surtout quand tu le fais deux fois, putain !

Je glisse mes mains dans mes poches, tentant de me redonner un peu de contenance, la voix un peu tremblante, les dents un peu serrées. On aurait peut-être dû en parler plus tôt, au final. Genre, quand elle m'a écrit pour la première fois depuis que je lui ai laissé mon numéro, juste après Halloween. Ça m'aurait peut-être évité ça. Mais je me demande dans quelle mesure elle aurait pas arrêté de répondre tout simplement, pour s'enfuir de tout ça comme elle l'a fait là.
You got me spinning like I'm on drugs

♡............................................................ ♥




Hey girl the touch of your skin just takes me higher
Baby, baby you win, I'm never letting you go

(c) acidbrain
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Mar 22 Déc - 18:52
You got me spinning like I'm on drugs


Elle l'entend vaguement, assez pour se douter l'espace d'un instant qu'il ne comptait pas la laisser filer aussi facilement. Pourtant, dans ces moments là "cloper" toute seule pour décompresser était plutôt bienvenu. Mais c'était sans compter sur Riley. L'insistance de ce dernier n'était toutefois pas si désagréable que cela, ça prouvait au moins qu'il tenait un minimum à ce qu'ils avaient partagés. Ce n'était pas grand chose, dans les faits, mais peut-être que Georgia n'avait pas été la seule à ressentir ce je ne sais quoi lorsqu'ils s'étaient embrassés. La blondinette recracha la fumée quand Riley ajouta à ce qu'il avait dit pour commencer. ✤ Je viens d'apprendre que ma colocataire et amie très au courant de mon histoire avec Ariel l'a embrassé. Elle sait pertinemment que c'est pas tout les jours faciles pour moi de faire le deuil d'une relation de quatre ans, et j'apprends ça, c'est déjà énorme, j'ai pas envie de me faire crier dessus en plus de ça. Tout comme j'ai pas envie de te voir être froid. , sur ces mots la jeune femme baissa la tête puis tira une nouvelle latte. ✤ Il faut pas beaucoup de bonne volonté pour admettre que ce n'est pas moi qui l'ai embrassé à Halloween. Tu le sais autant que moi. Georgia pousse un soupir et lève les yeux au ciel l'espace d'un instant, pour ne pas craquer, pour que la gravité fasse son travail et laisse les larmes où elles étaient plutôt que de les faire couler. Alors qu'elle tente de "sécher" ses yeux en en clignant plusieurs fois des paupières, la blondinette secoue un peu la tête avant de prendre une inspiration et regarder Riley. ✤ Ariel m'a quitté en juillet avant de partir pour l'été. Quand il est revenu à New York, il ne me l'a pas dit, il m'est juste tombé dessus par hasard à la soirée de Halloween, et c'était un peu.. weird. Forcément ça te fous de vieux souvenirs et il agissait comme si on avait jamais rompu. Je sais pas si il faisait exprès ou pas, j'en sais rien, mais j'étais pas plus à l'aise que toi. Georgia tire à nouveau sur sa cigarette en regardant "ailleurs", haussant à nouveau les épaules. Elle n'est pas sûre de pouvoir "garder la face" encore longtemps, sa gorge se noue de plus en plus.
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SE7EN
avatar
Riley L. Morris

▼ Date d'inscription : 10/09/2014
▼ Messages : 1992
▼ Avatar : Josh Franceschi
▼ Crédits : BPurified



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Mar 22 Déc - 22:16

FEAT. Georgia Lolita Jarmusch
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 513 mots.

Si y a bien un truc que j'ai zappé dans tout ça, c'est qu'en plus d'être ma pote, Dakota est la coloc' de Georgia. Et pas prendre ça en compte, c'était très con de ma part. Quatre ans... L'idée me fait frisonner un peu, mal à l'aise que je suis avec les histoires aussi longues, infoutu d'en avoir une de cette durée si ça pouvait sauver ma vie. Je reste sans un mot, je la laisse parler et quand elle me cause de bonne volonté, je peux pas m'empêcher de reculer comme si elle venait de me filer un coup. J'ai le sang qui me monte à la tête, parce que bordel, elle a raison. Elle a putain de raison, et je le sais, et même avec la pire mauvaise foi du monde je peux pas aller dire le contraire. Alors je ferme ma gueule tandis qu'elle relève la tête. J'ai envie de balancer un truc, de dire quelque chose, mais y a rien, que dalle.
Elle repose son regard sur moi, me donne encore plus d'infos et je sais pas si j'en veux ou pas, si ça me fait « plaisir » qu'elle me raconte ça. Mais j'imagine que je l'ai largement cherché, j'ai pas le droit de me plaindre. Je sais pas quoi lui répondre, mais putain, j'ai réussi à la foutre en larmes, et je me sens profondément con. J'ai tout qui retombe, qu'un coup, et je me sens mal. Super mal.

J'suis désolé...

De quoi précisément ? D'avoir gueulé ? De l'avoir poussée à parler de ça ? J'en sais rien, mais clairement je le suis. Je reste à bonne distance, baissant un peu la tête comme un clebs battu parce que je m'en veux, et j'ai le sentiment d'être un sacré connard.

Ariel... C'est pas mon meilleur pote, mais c'est un pote quand même, et avec ce qui s'est passé j'ai eu la putain d'impression d'avoir touché à la nana de quelqu'un d'autre. Y a rien eu pour démentir, jamais, et je m'en serais fait gerber... J'ai pas... Je suis pas...

Je suis pas le type le plus fin du monde, ni forcément celui qui réfléchit le plus, et ce soir, ben ça me mène là. Avec une fille sur le point de pleurer juste en face de moi, parce que j'ai poussé. Je sais même pas comment continuer, alors je passe mes mains sur mon visage, prenant le temps d'inspirer profondément.

J'suis désolé.

C'est à moitié étouffé contre mes paumes, mais c'est là quand même. J'ai même pas de mouchoir à lui proposer, je suis juste là, à pas savoir quoi faire, mes bras retombant contre mes côtes. Il aurait s'agit d'une de mes soeurs, ou de Dakota, je serai allé la prendre dans mes bras, mais là je suis pas certain que ça soit la chose à faire. J'ai envie de lui dire que ce qu'on a reçu tous les deux, il doit bien y avoir un truc. Qu'il doit y avoir une raison. C'est Dakota, merde. Mais j'ai peur que l'ouvrir empire les choses, alors je me tais, les sourcils froncés, écoutant les gens qui passent un peu plus loin.
You got me spinning like I'm on drugs

♡............................................................ ♥




Hey girl the touch of your skin just takes me higher
Baby, baby you win, I'm never letting you go

(c) acidbrain
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Lun 28 Déc - 13:18
You got me spinning like I'm on drugs


Après avoir regardé Riley et sentit les larmes monter, Georgia a tourné la tête pour tirer une latte, et faire comme si "de rien n'était". Lorsqu'elle entend son "désolé" sa gorge ne va pas pour se dénouer, alors Blondie serre les mâchoires pour ne pas exploser en larmes, pour ne pas gâcher une sortie qui s'avérait prometteuse, bien qu'il semble presque qu'il soit trop tard. Elle écoute ce que Riley a à ajouter et finit par le regarder à nouveau. Sur le moment Georgia ne sait pas vraiment quoi dire, quoi ressentir. Elle est partagée entre offrir toute son attention au sms ou au British. Quand elle le voit passer les mains sur son visage, elle se sent concernée. Le grand brun lui semble être la définition même du "type bien". Ça la fait chier, tout ce bordel. Dans tout les sens. Tout semble "niqué" d'un coup, avec tout le monde, et Georgia fixe Riley qui se "cache" tandis que sa clope se consume. Il s'excuse à nouveau. Au final, est-ce vraiment à lui de s'excuser ? Est-ce vraiment de sa bouche que les excuses devraient sortir pour réconforter Georgia ? Il n'a pas fait grand chose de mal, si ce n'est s'emporter sans raison, mais maintenant qu'il s'explique, ça semble plutôt compréhensible. ✤ Je suis désolée aussi. dit-elle d'une petite voix, consciente d'un seul coup du trouble que la situation a dû mettre en Riley, ça explique le silence des sms, le silence de la vanne sur Poison Ivy..
Georgia baisse la tête avant de la relever en poussant un long soupir. Elle craque. Entre sentiment de trahison, d'incompréhension, entre les espoirs d'Ariel menés à rien, la preuve que leur histoire est morte et enterrée.. entre ce qui semblait simple avec Riley et ne l'est plus, ou ne l'a pas été du moins, entre l'idée de l'image qu'il a dut se faire d'elle, entre un trop plein d'émotions, entre trop de sables mouvants, Georgia sent les larmes couler sur ses joues.  Le silence commence à peser, mais c'est involontairement que G. se met à renifler avant de lâcher un léger rire, un peu jaune. ✤ En plus de me foutre un poignard dans le dos ils ont faillit ruiner notre histoire. Quelle histoire ? ✤ 'fin.. Georgia hausse les épaules en s'essuyant les joues d'un revers de la main. Les mots d'Ariel se ruent dans sa tête à peu près dès qu'elle a prononcé les mots "histoires". Blondie ne sait pas quoi penser, avait-il dit vrai ? Après tout, il était capable d'embrasser son amie visiblement, alors pourquoi pas descendre Riley par pure jalousie ? Ce dernier s'en voulait déjà bien assez d'avoir possiblement couché avec une fille maqué, était-il nécessaire d'en rajouter ? Georgia n'avait pas vraiment l'intention de reprocher quoi que ce soit à Riley, mais puisque l'heure était aux aveux.. De plus, comment pouvait-il s'en vouloir tout en ayant fait tourner la vidéo ? ✤ Tu savais pas alors pour la sextape quand on s'est embrassés ? Demande-t-elle, la question semblant un peu sortie de nulle part. Elle a les yeux à nouveau baissés, elle n'ose plus regarder Captain Britannia dans les yeux, elle se dit qu'elle doit paraître bien pathétique avec ses histoires d'ex et de sex tape .. elle réfléchit à ce qu'elle pourrait dire ou faire d'intelligent maintenant, mais finalement, elle attend surtout la réponse de Riley.
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SE7EN
avatar
Riley L. Morris

▼ Date d'inscription : 10/09/2014
▼ Messages : 1992
▼ Avatar : Josh Franceschi
▼ Crédits : BPurified



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Jeu 7 Jan - 22:42

FEAT. Georgia Lolita Jarmusch
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 540 mots.

« Notre histoire ». Ça sonne bizarre. Ça sonne bizarre parce que directement, je repense à ce baiser, il y a un bon moment maintenant. Parce que je comprends pas tout à fait, mais que je peux pas dire « quelle histoire ? » sans y repenser, ouais. Je la laisse faire, la regarde essayer de se reprendre en main, parce que ça servirait à rien de dire un truc, d'intervenir, quand j'ai foutrement rien à dire. Parler pour rien, ça m'arrive, mais là, de suite, c'est pas à faire, et je le sais. Là, je dois juste lui laisser le temps de dire ce qu'elle a à dire, de réfléchir, de ressasser, parce qu'au final, c'est elle qu'est touchée, ce soir.
Je le sens venir, le moment où elle reprend la parole. Je me redresse même un peu, sur le coup, prêt à tout entendre, prêt à répondre à quoi que ce soit, parce que si elle a besoin d'échanger, alors c'est ce qu'il faut faire. Et putain, malgré tout, je m'attends pas à ça. Pas à cette question. Elle me regarde pas, elle attend juste, et moi je suis là avec la bouche qui s'ouvre et se ferme à plusieurs reprises parce que je sais pas comment je peux répondre à ça, comment je dois répondre à ça. Je sais pas comment elle peut réagir à la vérité, je sais même pas si elle me croira. J'en doute, parce que ça semble particulièrement con. Mais j'ai pas trop le choix. Pas le choix, parce que c'est franchement pas le moment de lui mentir. Parce qu'elle mérite pas ça.
Je glisse mes mains dans mes poches, mes épaules remontent, comme si je me tassais un peu. En fait, pas comme si. Je me tasse carrément. Je commence déjà à avoir ce gloussement un peu idiot, mais surtout plein de gêne, que j'ai à chaque putain de fois que je me sens pas du tout à l'aise avec le sujet. Et dire que je me sens pas à l'aise avec celui là, c'est un putain d'euphémisme.

Ouais. Enfin... Ouais, j'étais au courant. Je m'en souvenais pas, pas à ce moment-là, mais j'étais au courant.

Bordel, mais qui irait croire ça ? On me le sortirait que je pourrais pas gober un traître mot de tout ça.

Pour être honnête, c'est le genre de truc qui m'est complètement sorti de la tête, parce qu'une fois tout le bruit autour de ça passé, j'y ai plus fait attention. Ça vient, ça repart... Ça m'est revenu qu'après.

Je sais parfaitement que là, je passe pour le connard qui a cherché à se taper une nana qu'il a vu à poil plusieurs fois en vidéo, peut-être pour comparer, pour enfin voir par lui-même, ce genre de conneries. Même moi, c'est l'impression que ça me donne, face à cette question. Peut-être que ça aurait été plus simple, si ça avait été le cas. Parce que là si elle me croit pas, ben... Je sais pas... Je sais juste pas.

J'imagine que je passe pour un sacré trou du cul, hein ?

Cette fois-ci, c'est mon rire, qu'est gêné. Je sais même pas si c'est une tentative d'humour ou quoi que ce soit...

You got me spinning like I'm on drugs

♡............................................................ ♥




Hey girl the touch of your skin just takes me higher
Baby, baby you win, I'm never letting you go

(c) acidbrain
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Sam 16 Jan - 18:13
You got me spinning like I'm on drugs


Tête baissée, j'attends. Je ne sais pas ce que j'espère le plus, qu'Ariel ai tort ou raison ? Il me paraît de plus en plus évident qu'il a diabolisé la chose, qu'il a trouvé un prétexte pour nuire à Riley, par possessivité sans doute, et quelque part, quand je pense qu'il est assez passé à autre chose pour avoir l'affront d'embrasser ma colocataire et amie je me dis qu'il n'avait pas grande raison de faire ça. Oui, mais ce serait composer sans son tempérament, sans notre histoire, sans sa possessivité légendaire. J'ai peut-être mis deux ans à acquérir sa pleine attention, lorsque je l'ai eue, il n'a jamais eus d'yeux que pour moi-même et gare à ceux qui s'approchent de moi. Il a rompu, c'est vrai. Mais il est évident qu'il est encore troublé, comme moi. Peut-être devrais-je laisser Ariel en dehors de tout cela, gérer les choses comme je le sens, me fier qu'à ce que j'ai senti en rencontrant Riley, en l'embrassant et en couchant avec lui. Me fier aussi à ce que son colocataire m'a fait comme impression aussi. "Pas un connard" , suis-je sotte d'imaginer que si Bellamy n'est évidemment pas un connard, Riley ne peut pas en être non plus ?
Sans doute.
Sa voix finie par me tirer de mes pensées, l'attente m'a semblé une éternité alors que finalement c'était pas si long, c'est juste.. saccadé ? Je relève les yeux vers le grand brun en l'écoutant, il semble gêné, alors que c'est moi qu'il a vu faire... tout un tas de choses, avec un autre type. J'ai honte, d'un coup. Je pensais pas que ça me poserait des problèmes un jour, je m'en foutais des commentaires de Chanel, ou des autres filles. Mais là c'est pas pareil, pour qui me prend-t-il au final ?
Je l'écoute sans rien dire, quelque part ça se tient un peu. On a tourné une énième sextape d'internet, pas le dernier blockbuster en vogue.. alors finalement, si on se souvient pas de nos tronches, est-ce vraiment si impossible ? Je crois pas que les gens regardent cette vidéo pour voir nos têtes d'ailleurs ? Puis des blondinettes ça court les rues quelque part.. Je suis perplexe. ✤ Tu t'en es souvenu après mais tu ne m'as rien dit. lançai-je alors avant de finalement hausser les épaules. Que pouvait-il me dire ? Je ris un peu quand il dit passer pour un sacré trou du cul et je le fixe de haut en bas. ✤ Un peu.. que je répond alors avant d'ajouter : ✤ Mais .. ça n'avait rien d'artificiel entre nous. Ça n'avait rien de calculé.. et je crois que c'est plus moi qui tai tiré dans mon lit que l'inverse. je pouffe un peu, légèrement gênée, pour la première fois j'en viens à me demander : ✤ Je passe pour quoi moi alors ? surtout quand je me rend compte que j'aimerais terriblement franchir l'espèce d'espace que l'on a établi entre nous, qu'on s'embrasse, à nouveau, histoire d'êtres sûrs, de se rappeler à nous-même qu'au fond sex-tape, Ariel, Dakota, ils n'ont aucun rôle dans notre alchimie.
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SE7EN
avatar
Riley L. Morris

▼ Date d'inscription : 10/09/2014
▼ Messages : 1992
▼ Avatar : Josh Franceschi
▼ Crédits : BPurified



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Sam 23 Jan - 20:11

FEAT. Georgia Lolita Jarmusch
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING △ 620 mots.

Je sais pas si elle marque un point ou pas. Ouais, j'aurais pu lui en parler après coup, après m'en être souvenu... Mais franchement, j'aurais dit quoi ? Je serais resté là, allongé quasi à poil à côté d'elle, en mode « oh au fait, tu te rappelles la sextape dans laquelle tu es qui a vachement tourné y a quelques temps ? Ben je l'ai vue, et j'ai même aidé à la faire tourner ! » ? Ouais, nan, pas franchement la meilleure chose du monde... Je pense même qu'elle aurait jamais demandé à me revoir, si j'avais balancé un truc pareil. Je veux dire, c'est franchement bizarre à lâcher, comme info, de base, alors faire ça après le sexe... Ben ouais, clairement, ça vend pas du rêve. Ou j'aurais pu le dire encore après. Mais déjà, elle m'a pas recontacté jusqu'à après Halloween, et j'allais certainement pas balancer ça alors qu'il y avait Ariel dans le coin. Puis j'avais pas trop la tête à tout ça à ce moment-là. Donc ouais. J'aurais pu. Mais j'ai surement mieux fait de pas le faire.

Je serre un peu les mâchoires quand elle lâche ce « un peu », parce que c'est le genre de truc qui pique quand on l'entend. Yep, trou du cul. C'est mon nouveau titre. Ou peut-être pas si nouveau, je sais pas. Mais c'est vrai que j'aurais préféré qu'elle me contredise, qu'elle me balance que non, ça va, pas trop. Je l'ai cherché, remarque. Enfin je crois.
Mais je me détends un peu alors qu'elle continue, visiblement pas très à l'aise, mais me laissant comprendre que ça va, la situation est okay. Parce qu'elle pige bien que j'ai pas couché avec dans le but de vérifier quoi que ce soit, que c'est arrivé parce que... Je sais pas, ça s'est fait comme ça, c'était au feeling, et le feeling était bon entre nous, et c'est tout, pas besoin de plus. Elle m'arrache même un sourire avec sa question, et je peux pas m'empêcher de me rapprocher d'elle, de quelques pas, jusqu'à quasiment réduire l'espace qui nous sépare à que dalle.

Georgia...

J'hésite un instant, avant de lever ma main pour venir rapidement repasser une de ses mèches derrière son oreille, laissant mes doigts là tandis que je reprends la parole.

T'as juste suivi ce que tu ressentais, ce dont t'avais envie, et y a personne qui peut te blâmer pour ça. Alors t'en fais pas de ce que les gens peuvent penser de toi, de ce pour quoi tu peux passer. Parce que si c'est autre chose que « elle a l'air d'être une nana géniale », c'est juste faux. Okay ?

J'ai jamais été très bon pour ce genre de discussion, mais je pense que ça vaut la peine d'essayer, au moins là... Parce qu'au final, avec toutes les fausses idées que j'ai eu mises de côté, ben faut voir ce qui est : J'ai aucune raison de la trouver naze.

Oh, et si tu demandes pour quoi tu passes par rapport à la sextape, y avait vraiment rien dedans qui pouvait te nuire !

Je peux pas m'empêcher de sourire comme un débile, parce que je me détends un peu, un tout petit peu, et que c'est ma réaction quand je décompresse. Y a peut-être des gens qui seront pas d'accord avec moi. Qui diront que ce genre de vidéo, ça te nique une réputation. Je sais pas, franchement. Je veux dire, c'est que du sexe. Et ils ont décidé de le filmer, voilà tout. Je sais pas, j'ai l'impression que mon « te préoccupe pas de l'avis des autres » marche aussi pour ça...

En tout cas, pour moi, ça change que dalle.

You got me spinning like I'm on drugs

♡............................................................ ♥




Hey girl the touch of your skin just takes me higher
Baby, baby you win, I'm never letting you go

(c) acidbrain
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   Sam 6 Fév - 18:07
You got me spinning like I'm on drugs


Je baisse un peu la tête et mon coeur s'emballe étrangement quand j'ai l'impression que Riley se rapproche. Un peu comme si il répondait à mes pensées. Ai-je parlé à voix haute ? J'entends mon prénom et la nausée me prend. Une angoisse, incompréhensible, ou peut-être tout à fait logique, mais si adolescente..
Je connais assez peu Riley, alors je ne peux pas m'empêcher d'être un peu surprise quand je l'entends me répondre aussi sérieusement, et de façon aussi rassurante. Je lève alors la tête comme pour m'assurer que c'est bien vrai et ne peux m'empêcher de sourire un peu quand je le regarde et entend ce qu'il dit. La main qu'il ne dégage pas de derrière mon oreille a un je ne sais quoi de rassurant. Je souris drôlement quand il tente de me rassurer vis-à-vis de la sextape, je pouffe même finalement, consciente de l'étrangeté de la situation, et peut-être rassurée que rien ne le choque en cela ? Sa réaction a quelque chose de précieux ceci dit. Je ne crois pas connaître beaucoup d'hommes capables de se montrer respectueux après avoir vu une nana sur une sextape. Certains sont comme des chiots ou des adolescents curieux, confondant la personne avec une reine du X tandis que d'autres aiment voir des "catins" au lit mais disent préférer des "saintes" à leur bras. Une hypocrisie totale. Dont Riley ne fait pas preuve. J'ai un grand sourire qui apparaît sur mon visage lorsqu'il me dit que ça ne change rien pour lui. Je ne sais pas ce qui rend l'instant si paillette, mais je réfléchis pas longtemps avant de prendre son visage entre mes mains et le tirer contre moi pour l'embrasser. Dans d'autres circonstances j'aurais mis cela sur le compte de ma fragilité émotive, de l’apaisement ressenti par ses paroles, d'une chaleur singulière due à la gentillesse de ses propos. Mais dans le cas présent je sais que ce n'est pas ça. Ou du moins ce n'est pas que ça. C'est une envie, que j'ai sans doute eut dès que je l'ai rencontré. Et encore après.

Je suis juste..

bien.


Je me recule en souriant et baissant légèrement les yeux, une timidité méconnue s'emparant de moi, avant de rire un peu. ✤ Autos-tamponneuses donc ? Après j'exige une barbe à papa ! Il nous serait plus agréable de mettre tout ça derrière nous le temps d'une soirée au moins. Non ? Penser qu'à nous.
Juste nous deux.
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)   
 

Jarris + You got me spinning like I'm on drugs (2)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DES IMAGES QUI BOUGENT !!
» oxana ∞ oh well the devil makes us sin, but we like it when we're spinning in his grip

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: new york, new york ! :: The Bronx :: SPECIAL NOEL-