Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMIN SE7EN
avatar
Bellamy H. Cotton

▼ Date d'inscription : 12/09/2014
▼ Messages : 307
▼ Avatar : young harold.
▼ Crédits : m&tumblr.



MessageSujet: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Jeu 3 Déc - 23:32

CRUSHCRUSHCRUSH ;
❥ ❥ ❥  Little Italy, donc. Je crois que je vais pleurer.

Les filles sont dingues en 2015, elles disent oui quand on leur propose un rendez-vous. Je sais, je sais, je sais, JE-SAIS, je me dis ça depuis qu’on a raccroché, mais j’en reviens tellement pas. C’est le Destin. Avec un grand D. Il fallait que je sois là, à ce moment, dans ces circonstances : vêtu d’un caleçon rose, les cheveux en bordel (plus que d’habitude, OK, c’est pas drôle) avec mes chaussettes remontées mi mollets comme les allemands, une bleue nuit avec des petits pois gris et l’autre blanche avec des rayures vertes pâles, affalé dans mon canapé en train de jouer à 2048 sur le portable de Riley, regrettant tous les verres que j’ai bu la veille. Il fallait que je sois là, comme ça, dans cet état minable, alors que j’aurais pu être en train de m’étouffer dans mon vomi, ou sous la douche en train de m’endormir à moitié, ou si seulement j’avais eu la décence de pas répondre à un téléphone qui m’appartient pas… bref, on en serait pas là, rien de tout ça ne se serait produit. Donc: le Destin.

Je quitte mon appartement, du coup, portant mon plus beau sweater, parce que hey, sweater weather, avec un bonnet coincé dans la poche arrière de mon jeans et je me dirige vers la bouche de métro la plus proche pour aller tout droit dans le Bronx et rejoindre le petit restaurant dans lequel Georgia et moi on est supposés se retrouver.

Il fait froid, en ce début de mois de novembre, mais je suis tellement nerveux que mon corps entier est en feu. Je marche vite et je sais pas si c’est parce que je suis pressé d’arriver à destination ou si c’est parce que j’essaye de fuir le vent… peut-être un mélange des deux. Mes mains sont moites et quand je rentre dans le premier métro qui passe, je réalise que j’ai menti à Jamie Fanfreluche : j’ai oublié ma ventoline.

Rien ne va plus.

Quand j’arrive dans le Little Italy, ma petite montre casio m’indique que je suis en avance de huit minutes. Je regarde mon reflet dans la vitrine, me recoiffe rapidement avant de regarder à l’intérieur et vu l’heure tardive, je suis pas étonné que ce soit pas blindé du tout. Je regarde à droite, puis à gauche et me demande par où est-ce que Georgia va arriver. Je me demande si elle va réellement se pointer, aussi. Parce qu’elle avait pas l’air très sereine au téléphone, je sais sentir ce genre de chose, un peu comme hier soir avec Riley, un peu comme elle-même, juste avant de quitter la fête et je réalise que j’ai même pas son numéro pour m’assurer qu’il y a pas annulation de dernière minute.

J’ai peur qu’elle vienne pas. Je suis tellement nerveux que j’aurais presque envie de fumer une cigarette. Mais il reste plus que cinq minutes d’attente maintenant, et j’ai envie de croire qu’elle sera ponctuelle et qu’elle va actuellement venir et qu’on va manger, que ce sera bien et qu’elle se sentira mieux.

Cet enchaînement de réflexions, plus le fantôme de ma gueule de bois et aussi accessoirement, le fait que je sois ici, dans Little Italy, et savoir que mes parents bossent dans le coin, ravivent un peu mon mal de crâne. Je regarde les gens défiler sous mes yeux et décide de glisser mon bonnet sur le sommet de ma tête en sentant le froid mordre mes toutes petites oreilles. J’ai le ventre tellement en vrac que je sais même pas si je serais capable de manger, mais ça va le faire. J’ai promis à Fanfreluche que ça irai. Je suis un homme de parole.

Ventoline ou pas.

♡............................................................ ♥


keur
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Sam 5 Déc - 22:44
 
they see me brunchin, they hatin


 
C'était de la gentillesse, de la sociabilité spontanée, de la curiosité ou de la stupidité. Quelque chose du genre, c'était quelque chose dans le genre. Quand on appelle un mec parce qu'il nous plaît, parce qu'on l'a sentit froid et qu'on voudrait réchauffer un peu l'ambiance entre sois-même et le dit "mec", on évite d'accepter le rendez-vous de son colocataire. C'est un principe de base, c'est écrit nulle part mais c'est un peu logique non ?
Pas pour Georgia visiblement. Elle culpabilise tellement d'avoir planté tout le monde sans prévenir, d'avoir été monopolisée par Ariel qu'elle est prête à "tout" pour apaiser les tensions qu'elle ressent et imagine peut-être un peu aussi, car clairement elle n'a rien à prouver à Bellamy, c'est à peine si elle le connait. Ouais.. ouais.. peut-être. Mais il avait l'air cool, il était drôle, il était super mignon, et puis, touche girly : il était proche de Riley. Ainsi donc peut-être que le fréquenter l'éviterait de tomber dans les méandres d'un oubli (quoi?) chez Riley qui après le cinéma d'Ariel devait penser des choses bizarres. Lesquelles, Georgie ne savait pas tout à fait, mais pas la réalité en tout cas. C'était con de ne pas s'être servie de son numéro plus tôt, Blondie avait conscience d'envoyer des signaux bizarres au Britannique qu'elle avait rencontré trop tard; finalement décompresser en rencontrant un jeune homme agréable, sans se poser de question, ça lui paraissait être une bonne solution. G. n'avait pas réfléchit en répondant à l'affirmative, elle éviterait de réfléchir par la suite aussi, ça devrait marcher. Collants opaques, converses blanches, petite robe noire à fleurs blanches et éternel collier ras le cou, Georgia enfile son long manteau brun à "fourrure" avant d'ajouter une écharpe, glisser son téléphone, quelques billets, son pass pour les transports et son téléphone dans ses poches. Le Bronx, elle n'y avait pas foutu les pieds depuis un moment, pourtant Little Italy elle avait toujours trouvé ça sympa, et en période de fêtes c'était encore plus agréable. De plus, elle savait pas si c'était dû à quelques lointaines origines Italienne, mais la bouffe de ce pays la faisait toujours vibrer. ✤ Heyyyy ! lance la blondinette, qu'une bonne nuit de sommeil et quelques jus de fruit (ainsi que l'éternel lait miel) ont remit de bonne humeur. ✤ Ça va ? J'espère que tu m'attends pas depuis longtemps ! Surtout si tu as faim. Tiens viens d'ailleurs on va pas traîner, ce resta là il est super chouette ! dit-elle ensuite après avoir fait la bise à Bellamy, avant d'entrer dans le dit restaurant. Il y avait du monde, quoique heureusement ce n'était pas si bondé que d'autres fois, la majorité devant surtout être en train de préparer leurs cadeaux de Noël. ✤ C'est gentil de m'avoir proposé une sortie. G. sourit avant d'attraper la carte, observant cette dernière avec presque, comme qui dirait : des paillettes dans les yeux ! 
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN SE7EN
avatar
Bellamy H. Cotton

▼ Date d'inscription : 12/09/2014
▼ Messages : 307
▼ Avatar : young harold.
▼ Crédits : m&tumblr.



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Sam 12 Déc - 4:55

CRUSHCRUSHCRUSH ;
❥ ❥ ❥  « Heyyyy ! » s’écrit Georgia en sortant de nulle part et je pense que le bruit qui s’échappe d’entre mes lèvres ressemble vaguement à celui de Finn the Human dans Adventure Time quand son crush, Princess Bubblegum, se pointe également à l’improviste. Le truc c’est que j’ai la voix vachement plus grave, moi. Donc heureusement, mon petit cri d’une nanoseconde fait viril. Un peu comme un râle, quoi. Un peu. Je me racle immédiatement la gorge et souris le plus sincèrement possible, glissant mes mains dans les poches arrières de mon jeans pour essuyer les paumes moites de mes mains le plus discrètement possible. Putain d’nervosité.  

« T’es venue, » je lâche dans un souffle en la regardant longuement – jetant un bref regard à sa tenue pour pas trop l’embarrasser mais pour regarder un peu, enfin, un minimum quoi, mais pas beaucoup quand même, juste genre vite, pas beaucoup - avant de me pincer les lèvres. Attends?! J’ai pas dit ça à voix haute avec de la stupéfaction dans la voix, quand même, si? fcuk. « Enfin… c’est pas ce que je voulais dire. Evidemment que t’es venue! T’es là et je suis là aussi et… » Et je vais probablement vomir sur ses chaussures. J’suis pas assez sobre, il faut que je rentre à la maison...

J’crois que mon cœur manque un battement quand elle s’approche avec engouement pour me faire la bise. On parle de contact peau contre peau, ce qui techniquement, est un putain d’big deal pour le collégien de douze ans et demi qui subsiste en moi. C’est comme boire à la bouteille après quelqu’un que t’aimes bien... c’est un bisou indirect, OK ? Donc elle me fait la bise, et c’est rapide, mais dans ses mouvements furtifs, j’ai le temps de sentir son parfum et c’est suffisant pour me foutre des papillons dans le ventre. Une seconde fois. En moins de vingt-quatre heures. « Ça va ? J'espère que tu m'attends pas depuis longtemps ! Surtout si tu as faim. Tiens viens d'ailleurs on va pas traîner, ce resta là il est super chouette !, » fait-elle joyeusement alors que je reste planté là, raide comme la justice, complètement au bout de ma vie et d’un œil extérieur, ça doit être vachement bizarre d’être en face de moi quand j’suis dans cet état de niaiserie/nervosité. Et au final, peut-être que je suis trop sobre. Peut-être que j’ai besoin d’un verre pour me détendre cinq minutes. Cette fille me rend hyper hyper hyperhyperhyperhyereoreor nerveux. Elle est trop jolie et je suis vachement trop faible. C’est pitoyable.

« Non, non, t’en fais pas! Um. Un peu barbouillé à cause d’hier, mais ça va. Et toi? Bien remise? » Je m’humidifie les lèvres et souffle un bon coup en relâchant la porte après notre passage, essayant de regagner mon assurance. Et j’enchaîne: « T’es partie vite hier et j'crois que ça a attristé tout le monde. Sans vouloir te faire culpabiliser, c'est vraiment, vraiment pas mon intention. » je déclare doucement en la regardant du coin de l’œil alors que nous rentrons dans le restaurant, impliquant dans ma remarque, le diable aux cornes dont j’connais toujours pas le blaze, Riley lui-même et l’abruti qui rentre dans un restaurant italien (c’est moi). « C'est gentil de m'avoir proposé une sortie. » dit-elle et j’esquisse un sourire en faisant la révérence. « Tout le plaisir est pour moi, » et honnêtement, je sais pas d’où ça vient. Mais j’me donnerais presque une petite frappe dans l’épaule pour être moi-même de nouveau. En quelque sorte. J’ai envie de lui dire que je pensais pas qu’elle accepterait, mais j’ai pas envie de passer pour un type désespéré.

Je la regarde déjà comme elle regarde le menu. Enfin. En tout bien tout honneur, bien sûr. Donc ouais, je la regarde avec des étoiles dans les yeux et on a certainement pas envie d’en rajouter une couche. « Je suis jamais venu ici. Quel est le truc qu’il faut manger ici avant de mourir, sinon t’as raté ta vie? » je demande curieusement en jetant un coup d’œil au menu à mon tour, plissant les yeux, comme si je déchiffrais des hiéroglyphes.  

♡............................................................ ♥


keur
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Dim 20 Déc - 19:23
 
they see me brunchin, they hatin


 
Elle le regarde avec un sourire amusé lorsqu'il constate verbalement sa venue. En doutait-il ? Possible. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais ça avait quelque chose de "mignon" , alors Georgia se contente de rire un peu et confirmer : ✤ J'suis venue. D'un naturel enjoué, Georgia était contente de pouvoir profiter un peu d'une sortie sans prise de tête avec une personne "toute fraîche" qui ne pouvait lui apporter qu'un peu de légèreté. Du moins c'était l'impression qu'elle avait eut en le rencontrant à Halloween, et qu'elle avait encore en le voyant agir. Riant légèrement lorsque Bellamy lui annonça être encore un peu barbouillé, Georgia secoue doucement la tête, sans réussir à ne plus sourire lorsque le jeune homme regrette son départ de la veille, il ne la fait pas culpabiliser, il n'y a pas de crainte à avoir à ce propos et Blondie souhaite bien le lui dire, alors elle lui donne une petite tape sur l'épaule, à l'aise. ✤ Mais non ! T'inquiète ! Dit-elle d'abord avant de hausser les épaules, se disant que, quitte à se vider la tête, autant vider son sac ? ✤ C'est un peu.. "compliqué", pour faire simple Ariel, que tu as rencontré hier est mon ex et son comportement m'a un peu.. dérangé. C'était interprétable de bien de façons différentes. Cela faisait sans doute surtout passer Ariel pour un lourd plutôt que de révéler les troubles sentimentaux que ça éveillait, et le malaise que ça créait avec Riley, Georgia n'estimait pas avoir besoin d'en dire plus.

Une fois installés dans le petit restaurant, modeste mais qui cachait bien ses talents, ou qui au contraire montrait toute son authenticité par sa simplicité ? Au choix. Georgia gigota un peu sur place lorsque Bellamy lui demanda ce qu'il devait manger pour ne pas rater sa vie. ✤ Trop de choses ! s'exclama-t-elle avec de gros yeux avant de rire un peu puis réfléchir avec un "mmhhhh" légèrement parodié. ✤ Je pense que le plus important c'est de faire genre un vrai repas à l'Italienne tu vois, entrée, premier plat, puis secondo et dolci. J'en bave rien que d'y penser. Dis moi que tu as très faim ! Après tu prends des Cannoli  et moi un Tiramisu et on partage ! Plus excitée qu'une gosse pour Disneyland, Georgia finit par mettre la main devant sa bouche en fixant Bellamy. Elle pouffe. ✤ Pardon, je m'emballe. Tu manges ce que tu veux en fait hein.. ahahaha ! du moment que tu fais antipasto, primo, secondo, ton honneur est sauf !
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN SE7EN
avatar
Bellamy H. Cotton

▼ Date d'inscription : 12/09/2014
▼ Messages : 307
▼ Avatar : young harold.
▼ Crédits : m&tumblr.



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Mer 23 Déc - 12:58

CRUSHCRUSHCRUSH ;
❥ ❥ ❥   « Mais non ! T'inquiète ! C'est un peu.. "compliqué", pour faire simple Ariel, que tu as rencontré hier est mon ex et son comportement m'a un peu.. dérangé. » confie-t-elle. Donc le type aux cornes de Diable hier soir, c’est Ariel. OK. Première information. La seconde, c’est que c’est son ex. Avec le recul, j’trouve ça assez évident. Et j’devine aussi que ça a pas dû être évident pour Georgia, à la fin. Elle est très expressive et comme je la vois maintenant, je sais qu’elle est à l’aise. Son langage corporel en dit beaucoup sur la manière dont elle se sent et hier soir, pressée sous le bras de ce gars, Ariel, elle l’était pas forcément. J’étais bourré, mais ça se voyait. Et la manière dont elle est barrée après confirme  l’idée. J’ai envie de demander pourquoi ça a pas marché entre eux et pourquoi Ariel agit encore avec elle comme si c’était pas fini, alors que visiblement, ça l’est pour elle.

Si j’ai bien cerné la chose. Mais je suppose que c’est beaucoup plus compliqué que ça. L’amour c’est toujours « plus compliqué que ça ». Et au final, c’est pas vraiment mes affaires, donc je laisse mes questions de côtés. Celles sur Riley aussi. J’ai encore la gueule de bois, ma migraine est encore sensiblement présente et j’ai pas envie de l’alimenter.

« Trop de choses ! » s’exclame-t-elle à la suite de mon interrogation, m’arrachant un sourire, puis un petit rire, à l’entente de son long « um ». Je pose mon coude sur la table et appuie ma joue sur mon poing sans la quitter des yeux, attendant patiemment une réponse. Mon pays d’origine étant proche de l’Italie, j’connais déjà pas mal de plats typiques donc ma question est un peu hypocrite quelque part. Parce que si je cherchais réellement, je saurais quoi prendre. Mais c’était son idée de venir ici et honnêtement, même si je suis heureux d’être ici en sa compagnie, je reste un peu déphasé par ma cuite d’hier soir. Si seulement Riley avait pris des céréales à la place d’une bouteille supplémentaire… ugh. « Je pense que le plus important c'est de faire genre un vrai repas à l'Italienne tu vois, entrée, premier plat, puis secondo et dolci. J'en bave rien que d'y penser. Dis moi que tu as très faim ! Après tu prends des Cannoli et moi un Tiramisu et on partage ! Pardon, je m'emballe. Tu manges ce que tu veux en fait hein.. ahahaha ! du moment que tu fais antipasto, primo, secondo, ton honneur est sauf ! » déblatère-t-elle avant que nos regards ne se croisent. Je ris de nouveau et me redresse pour hausser les épaules. « Il faut définitivement que j’éponge le reste d’alcool qui reste dans mon système, donc j’ai très faim! Je vais prendre la même chose que toi slash ce que tu suggères et des Cannoli, si tu prends le Tiramisu, du coup. On brunch, le principe d’un brunch, c’est de partager. »

Je retire mon bonnet, le coince entre ma ceinture et mon jeans avant de passer mes mains dans mes cheveux pour les ébouriffer et les repousser en arrière. Je repose ensuite mes mains sur la table en poussant un petit soupir et attrape mes couverts pour les faire danser sur la table, cherchant quoi dire. Georgia est tellement jolie que c’est intimidant. J’aime bien la regarder, mais quand elle le sait pas. Si on se fixe dans les yeux, je perds mes moyens. « Alors! Qui es-tu, Georgia? » je demande abruptement – parce qu’on est là pour faire connaissance, après tout, pas vrai? – en levant brièvement les yeux vers elle, pour être certain d’avoir son attention. « Qu’est-ce qu’il y a à savoir sur toi? » 

♡............................................................ ♥


keur
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Lun 28 Déc - 13:55
 
they see me brunchin, they hatin


 
Ce post est à la première personne, car je veux voir si j'y arrive mieux avec G. ainsi !


Je ne sais pas trop si ça se fait, de déballer sa vie comme ça, mais j'ai jamais trop sût ce qui se faisait ou pas. J'y réfléchis pas, je suis spontanée et j'ai tendance à dire les choses quand je me sens à l'aise pour les dire, et Bellamy me met à l'aise. Je ne sais pas comment, je ne sais pas si ça lui est intrinsèque ou si c'est juste le fait de me changer les esprits, mais je suis bien et ça semble une jolie récompense face au malaise ressenti hier. On ne se connait pas que tout est plus simple. Remarque, bien souvent tout est plus simple quand on ne connaît pas la personne, on ne voit que ce qu'il y a de nouveau, de beau, d'agréable, de léger. On ne va pas au delà, on ne creuse pas dans les traumatismes, les manies pénibles à vivre et ce genre de choses que l'on essaiera de modifier pour les personnes qu'on aime sans y arriver car cela fait parti intégrante de la personne que l'on est.
C'est simple avec Bellamy, peu importe pourquoi et comment.
Il se marre. Il est au moins aussi léger que moi, c'est parfait. C'est sans doute pour ça qu'on se retrouve à bruncher ensemble, d'ailleurs ce qu'il dit me fait rire, en plus il a raison. ✤ C'est parfait j'adore bruncher ! que je lance alors, toute enthousiaste avant de lever la main pour appeler un serveur. Je jette un oeil à Bellamy et sa danse des couverts, amusée, avant de pouffer lorsqu'il me demande ce qu'il y a à savoir sur moi. Ça paraît si formel, heureusement que sa bouille prédit le contraire. Je plisse alors les yeux, probablement un peu chipie avant de secouer brièvement la tête, renonçant à sortir une connerie. Il y a quelque chose d'attachant chez lui, puis une fois que j'ai parlé de mon "problème" avec Ariel, qu'est-ce qu'il y a de si difficile à parler de moi ? Rien. ✤ Eh bien.. j'adore sortir. J'aime m'amuser, que ce soit en club, en concert, en teuf, ou chez les gens, je crois qu'il faut le savoir ça ! je ris un peu avant d'ajouter : ✤ Sinon je travaille dans l'audiovisuel. Après avoir filmé les voyages que j'ai fait par le passé , car j'aime aussi beaucoup voyager, je me suis dit que mettre des images dans une boîte caméra ça pouvait me convenir. j'attrape un bout de pain avant de faire un mouvement de tête à son adresse. ✤ Et toi? Dis moi tout. Même ce que je ne dois pas savoir ! à ce moment là, le serveur se pointe et nous passons commande. Une fois ceci fait je reporte mon attention sur Bellamy et me met à l'imiter sans m'en rendre compte : je fais danser mes couverts. ✤ Alors ?
© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN SE7EN
avatar
Bellamy H. Cotton

▼ Date d'inscription : 12/09/2014
▼ Messages : 307
▼ Avatar : young harold.
▼ Crédits : m&tumblr.



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Sam 2 Jan - 15:40

CRUSHCRUSHCRUSH ;
❥ ❥ ❥   « C'est parfait j'adore bruncher ! » Je fais une mini révérence au-dessus de la table sans perdre mon sourire. Au final, je perds un peu de ma nervosité, ce qui est une bonne chose. Georgia a pas vraiment l’air de se prendre la tête. En fin de compte, si elle a accepté de manger avec moi, c’est probablement parce qu’elle aime faire ce qu’elle veut et c’est respectable. Elle est un peu comme Summer dans (500) Jours Ensemble et peut-être que je suis un peu Tom, mais j’y réfléchi pas trop. Parce que même si elle brise le cœur de Tom à la fin de l’histoire, tout se termine bien et pendant que ça dure, Summer est vachement badass. Insaisissable, mise sur un piédestal et probablement un peu impressionnante, mais quand même cool. Georgia est un peu tout ça et à la fois, elle donne envie que les choses soient simples.

Alors je laisse mes sentiments naissants et ma nervosité à la porte. C’est comme ça que les gens m’apprécient, je suppose. C’est comme ça que Riley et mes autres amis sont rentrés dans ma vie et me supportent. Quand je suis moi-même et que je m’en fais pas trop pour la suite.

Je continue de faire danser mes couverts sur la table quand elle prend la parole. « Eh bien.. j'adore sortir. J'aime m'amuser, que ce soit en club, en concert, en teuf, ou chez les gens, je crois qu'il faut le savoir ça ! Sinon je travaille dans l'audiovisuel. Après avoir filmé les voyages que j'ai fait par le passé , car j'aime aussi beaucoup voyager, je me suis dit que mettre des images dans une boîte caméra ça pouvait me convenir. » C’est étrange, mais je suis surpris quand elle me parle de ce qu’elle fait. C’est absolument pas ce que j’avais imaginé pour elle. Je sais pas exactement ce que j’avais imaginé, au juste, mais c’est surprenant. Dans le bon sens, hein. Elle cesse pas d’être cool, en fait. Plus elle parle, plus elle grimpe dans mon estime. « Et toi? Dis moi tout. Même ce que je ne dois pas savoir ! » lance-t-elle et j’esquisse un sourire. Je fais mine de réfléchir quand le serveur vient prendre notre commande.

Lorsque ce dernier s’éclipse, Georgia s’empare de ses couverts pour les faire danser à son tour, me faisant pouffer de rire. « Alors ? » me relance-t-elle. Je lève les yeux vers elle en prenant une longue inspiration, que je bloque dans mes poumons en secouant la tête avant de souffler bruyamment. « Alors, alors… alors. Je trouve ça vachement cool que tu sois dans l’audiovisuel, pour commencer. Tu dégages quelque chose de léger et le fait de savoir que tu voyages et que t’as vu des trucs et que t’as probablement des histoires géniales à raconter sur ce que t’as fait et probablement aussi, le fait que tu les aies capturé, j’trouve ça infiniment génial. Parce que j’adore les histoires et encore plus les gens qui en racontent. Parce que tu vois, j’écris des trucs des fois et entendre des anecdotes originales que les gens ont vécu, ça m’inspire. Donc, tu vas peut-être trouver ça très bizarre, mais je nous projette déjà en train de discuter de tous ces trucs… » je fronce légèrement les sourcils avant de me mettre à rire. « C’est un peu bizarre, mh. »

Je me pince les lèvres pour me retenir de rire davantage, parce que je sais que c'est le coup à me sentir nerveux de nouveau et on veut pas ça. Je viens faire cogner ma fourchette contre son couteau, faisant danser mes couverts proche des siens. « Sinon, um… J’écris. Des chansons, parce que je suis musicien... le weekend, des fois. Ou alors j'écris des fictions, des poèmes... des haikus? Et franchement... c'est... c'est mauvais, alors ça reste dans mon cahier d’écriture, » je déblatère en faisant tourner mon couteau sur lui-même, sur le point de rire parce que... sérieusement, Bellamy? des haikus? « J'adore la musique, j'adore jouer, même dans les bars les plus creepy de New York. Ça me fait me sentir vivant, ça me permet de mettre du beurre dans mes épinards et de l’encre sur mon corps large et musclé une fois de temps en temps. Malheureusement, je vis pas de ma passion. Pas encore. Un jour, peut-être. Du coup, j’suis babysitter. J’garde environ huit enfants par semaines. C’est beaucoup moins exotique que ce que tu fais, mais c’est quand même coolos. » Je hausse les épaules avant de reposer mes couverts pour repousser mes cheveux en arrière. « Les trucs que tu dois pas savoir, sinon, c’est que je suis en de mauvais termes avec mes parents, big time. Et qu’ils travaillent dans ce quartier. Pas que j’essaye de te mettre dans le même sac que tout le monde, mais en général, les filles aiment pas trop les types qui respectent pas ou qui sont en de mauvais termes avec leurs parents. Parce que ça veut dire que c’est des connards. Je crois pas être un connard… j’ai environ soixante-douze chats. Riley fait un élevage à la maison et je les ai tous baptisé moi-même. Parce que j'ai beaucoup d'imagination. Donc pas un connard. La cigogne a dû se tromper à ma naissance, un truc dans le genre. » 

♡............................................................ ♥


keur
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Georgia Lolita Jarmusch

▼ Date d'inscription : 01/10/2014
▼ Messages : 667
▼ Avatar : cailin russo
▼ Crédits : viceroy



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Sam 16 Jan - 4:30
 
they see me brunchin, they hatin


 
Je continue dans le déballage de vie en tentant de ne plus trop me poser de questions. En fait c'est plutôt facile, je suis d'un naturel confiant alors j'ai du mal à voir le mal partout, ceci associé à ce que dégage Bellamy me met en pleine confiance. De toute manière, ce n'est pas vraiment comme si je révélais des choses compromettantes.. Je crois même que si je m'y prenais mal, ou pour peu que l'on veuille me critiquer, on pourrait croire que je cherchais à me vanter. Heureusement le jeune homme ne semblait toujours pas faire parti de ce genre de personnes, il accueillait tout avec simplicité, de manière agréable, assez pour me donner encore plus envie d'en savoir plus à son propos, et sans aucun rapport avec son colocataire. Il se révèle presque plus bavard que moi, je n'arrive pas à ne pas sourire en le regardant, j'essaie de suivre le fil de sa réponse et me met à rire légèrement lorsqu'il annonce qu'il vient probablement de dire quelque chose de bizarres. ✤ T'es trop gentil ! Lâchais-je naturellement en joignant mes deux mains pour les frotter l'une contre l'autre, enthousiaste, avant de hocher plusieurs fois la tête. ✤ Pour sûr qu'on en parlera ! T'es medium, c'est ça ton métier ? je rigole à moitié et m'apprête à écouter la suite tout en jetant un œil au ballet des couverts que l'on se mettait à réaliser depuis quelques minutes, sans même plus y prêter attention. Je pouffe un peu et joue le couteau farouche avant de relever les yeux vers Bellamy. ✤ Quoi mais c'est super ! Je suis sûre que c'est pas si mauvais que ça. T'as l'air d'être quelqu'un de bien, donc pas imbu de toi-même, pour peu que tu sois exigeant je parierais bien sur le fait que tu te sous-estime.. je ris à nouveau en l'écoutant avant de faire une petite moue quand ses couverts quittent la piste de danse. Je me re-concentre néanmoins sur ce qu'il dit. ✤ Tout le monde peut filmer avec un téléphone, c'est plus exotique du tout. Puis t'es un musicien et tu peux jouer en dehors de ta chambre ! ça c'est super cool, tu joue quoi ? J'essaie d'apprendre la guitare ! Tu m'apprendrais ? je finis par poser mes couverts aussi et me réinstalle sur ma chaise avant de légèrement froncer les sourcils en l'écoutant. Il a quelque chose quand il s'exprime, ou peut-être est-ce simplement la manière qu'il a de s'exprimer, mais ça me tue un peu. Positivement. J'ai pas envie qu'il pense que je me fous de sa gueule en souriant, mais il dégage vraiment quelque chose de positif et chaleureux..
Je hausse les sourcils quand il parle de l'armée de chats que lui et Riley possèdent, je lâche un "Ohlala" avant de rire un peu. ✤ Ne m'invitez jamais, je risquerais de mourir, je trouve ça trop mignon les chats mais j'y suis allergique.. je "plisse" un peu le nez -à croire que je voulais imiter ma sorcière bien-aimée- avant d'ajouter : ✤ Pas un connard, j'en doute pas. je penche la tête puis poursuit : ✤ Je suis très différente de ce que sont mes parents et ce qu'ils attendaient que je sois je pense. Alors,même si je ne suis pas en mauvais termes avec eux, je peux comprendre qu'il y ai des différents. Ce n'est pas grave au moins..? je ne voulais pas me montrer indiscrète, mais je m'intéressais naturellement au personnage qu'il était.


© EKKINOX

♡............................................................ ♥



"Lolita, lumière de ma vie, feu de mes reins.
Mon péché, mon âme.
Lo-lii-ta : le bout de la langue fait trois petits pas le long du palais pour taper,
à trois reprises,
contre les dents.
Lo. Lii. Ta.
Le matin, elle était simplement Lo,
avec son unique chaussette.
Elle était Lola en pantalon.
Elle était Dolly.
Elle était Dolorès sur les pointillés.
Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita. "




Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN SE7EN
avatar
Bellamy H. Cotton

▼ Date d'inscription : 12/09/2014
▼ Messages : 307
▼ Avatar : young harold.
▼ Crédits : m&tumblr.



MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   Dim 24 Jan - 15:24
crushcrushcrush ;
georgia&bellamy
« T'es trop gentil ! » fait-elle brusquement et mon cœur fait les montagnes russes, alors que je lève les yeux vers elle, pinçant mes lèvres pour ne pas sourire trop stupidement. « Pour sûr qu'on en parlera ! T'es medium, c'est ça ton métier ? » ajoute-t-elle et j’explose de rire avant de couvrir ma bouche de ma main. Je secoue la tête. Si j’étais médium, j’pense qu’on serait pas dans la merde. Si il y a bien un truc qui m’angoisse, c’est le futur, donc l’idée de le voir arriver, prêt à me rentrer dedans comme un bus jaune, ça fait peur. Ça fait mal.

« Quoi mais c'est super ! Je suis sûre que c'est pas si mauvais que ça. T'as l'air d'être quelqu'un de bien, donc pas imbu de toi-même, pour peu que tu sois exigeant je parierais bien sur le fait que tu te sous-estime.. Tout le monde peut filmer avec un téléphone, c'est plus exotique du tout. Puis t'es un musicien et tu peux jouer en dehors de ta chambre ! ça c'est super cool, tu joue quoi ? J'essaie d'apprendre la guitare ! Tu m'apprendrais ? » répond-t-elle à mon racontage de vie maladroit et je la pointe du doigt en plissant les yeux. « Mmmm, rappelle moi qui est médium, à cette table? Et c’est exotique quand même, parce que tu sais plus de trucs en la matière que monsieur et madame tout-le-monde qui capturent les jolis paysages et le contenu de leur assiette pour leur story snapchat ou leur feed instagram. Si t’es dans l’audiovisuel, c’est que tu fais de l’art, quelque part. C’est comme si j’te disais, tout le monde chante de nos jours, donc ce que je fais, en me représentant dans des cafés, des bars… ça vaut que dalle, j’suis pas un artiste à proprement parlé. Avec Guitar Hero, tout le monde fait de la guitare! T’es une artiste autant que moi. »

Elle repose ses couverts, s’agite sur sa chaise et moi, je parle de ma famille, ce qui est vachement étrange, parce que c’est pas quelque chose dont je parle facilement en général. Il y a une sorte d’aisance, c’est facile d’être ici, avec elle et de laisser ces choses tomber dans ses oreilles. C’est encore plus simple quand elle va dans mon sens. « Ne m'invitez jamais, je risquerais de mourir, je trouve ça trop mignon les chats mais j'y suis allergique.. Pas un connard, j'en doute pas.  Je suis très différente de ce que sont mes parents et ce qu'ils attendaient que je sois je pense. Alors, même si je ne suis pas en mauvais termes avec eux, je peux comprendre qu'il y ai des différents. Ce n'est pas grave au moins..? » je hausse les épaules en levant les yeux au ciel et je peux pas m’empêcher de sourire. Je suis nerveux de nouveau, je crois. C’est un sujet délicat, donc ça me fait sourire, parce que je suis comme un con, au pied du mur. Je sais pas quoi répondre. Elle l’a dit: il y a des différents. C’est juste ça. Des différents. « Grave, » je répète pensif, avant de reposer mon regard sur elle. « ce qui est grave, c’est que tu sois allergique à mes soixante-douze enfants. Et la quantité de poils qu’il y a sur l’entièreté de mes vêtements à cet instant précis. Si j’te prenais dans mes bras, » je déclare en mimant le geste au-dessus de la table, « tu tomberais raide morte, regarde ça… » je murmure en tirant deux poils gris, probablement ceux de Captain Bumblebee, de mon pull orange. Toujours dans le thème halloween. « comment je suis supposé t’aider à apprendre à jouer de la guitare si tu peux pas respirer dans mon espace vital? » je questionne dramatiquement en posant mes mains sur mes joues.  

Et je suis coupé dans mon cinéma par le serveur qui s’approche de notre table avec un bout de notre commande. Et ça sent vachement, vachement bon.
FICHE PAR DITA | EPICODE

♡............................................................ ♥


keur
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.   
 

they see me brunchin, they hatin, ft. georgia.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [LMS Léocade] They see me rollin' ! They hatin' !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: new york, new york ! :: The Bronx :: Little Italy-