Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 (Banelle) Love me harder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité




MessageSujet: (Banelle) Love me harder   Mer 26 Oct - 23:03
Love me harder
Basile & Cannelle
Cause if you want to keep me, you gotta gotta gotta gotta gotta got to love me harder. And if you really need me, you gotta gotta gotta gotta gotta gotta got to love me harder. (Gotta love me harder). Love me, love me, love me. Harder, harder, harder

Ça y est ! Nous venions de rentrer de tournée avec les autres troisièmes années. Nous avions atterri hier et on devait faire notre rentrée aujourd’hui. J’allais être complètement à l’ouest comme d’hab. Je soupirai tandis que je venais d’effectuer une nuit blanche. Décalage horaire. Je décide donc de m’habiller pour aller courir un peu ce matin. Comme si je n’allais pas faire assez de sport comme ça dans la journée. En plus comme je viens d’entrer dans la troisième année, j’allais devoir prendre un première année sous mon aile pendant au moins le restant du premier semestre. Je reviens donc, blasée d’avance, pour aller sous la douche tandis que l’appart était encore endormi. Seul Télé Z me suivait partout en manquant de tomber à chaque fois. Je sifflote doucement pour sortir et enfiler un jeans et un tee-shirt assez ample. Puis, je colle mon bonnet sur ma tête. Fixant l’horloge je constate que j’allais être encore en retard. La cérémonie des parrainages avaient lieu dans l’auditoire et nous devions monter sur scène. Je mets donc mes écouteurs dans les oreilles pour attraper la laisse de télé Z et me rendre jusqu’à l’école.

Une fois sur les lieux, je discute quelques temps avec les autres. Certains se moquent de mon bonnet avec mes oreilles de chat et je les glorifie d’un énorme doigt d’honneur. « Va donc te faire foutre. » Puis, j’entre avec tous les autres. On va dire que nous sommes devenus un peu les big boss de l’école et forcément les autres semblent être des avortons. Certains mecs de ma promo prenaient la grosse tête tandis que je m’en foutais. D’ailleurs j’avais gardé mes écouteurs tout du long. En même temps avec un surnom pareil. Le rituel était que nous devions entrer après les premières années pour monter sur l’estrade et tirer un nom au hasard. On nous remettrait donc la musique et le dossier de l’arrivant au passage pour qu’on bosse avec lui. Ce projet compte pour la moitié de la note de chacun. Je déteste travailler avec des gens que je ne connais pas mais j’essaie de me mettre à leur place. « Tu devrais retirer ton bonnet iPod et tes écouteurs, tu vas te faire allumer. » Je retire donc mes écouteurs qui pendouillent toujours le long de mon cou puisque j’avais la fâcheuse manie de les passer dans mon tee-shirt avant d’éviter de les ramasser quinze fois par jour mais je garde mon bonnet.

Lorsque c’est notre tour d’entrer dans l’auditoire, le silence règne. PAS DU TOUT INTIMIDANT. Je me colle derrière un grand pour me cacher. Julian est immense donc ça va. Je me stoppe en faisant la queue tandis qu’on nous appelle les uns derrière les autres. « Cannelle Lacroix. » Je me sens comme Harry Potter à son entrée à Poudlard. Je monte donc sur l’estrade tandis que la directrice me jauge de la tête aux pieds. Télé Z me suit et regarde les autres avec son regard nonchalant. « Votre tenue, mademoiselle Lacroix. » Je lève les yeux au ciel avant d’ôter mon bonnet pour permettre à mes cheveux mouillés de se libérer et de s’agiter dans mon dos tandis que je plonge la main dans l’urne des garçons pour en tirer un nom. Puis, je le tends à Monstro qui lit le nom à voix haute. « Basile Veber. » NON. Ce n’est pas possible. Je me sens devenir toute blanche tandis que je me dirige vers notre prof principal qui me tend le dossier de Basile et la musique choisie. Love Me Harder de The Weeknd. « Putain le destin se fout de ma gueule. » Je crois que j’ai dit ça un peu trop fort parce que la directrice me lance un regard noir tandis que sifflant Télé Z je descends de l’estrade pour aller attendre Basile dehors. J’espérai que ça soit une erreur alors j’ouvre le dossier et en voyant la photo ce dernier tombe à terre. Je sens cette rancœur qui monte en moi alors je fouille dans mon sac pour en sortir une sucette l’une des rares choses qui me calmait de nos jours.

Made by Neon Demon
avatar
Invité




MessageSujet: Re: (Banelle) Love me harder   Ven 28 Oct - 23:46
love me harder
cannelle & basile
I wish that I told you then what I realize now. and I wish, I wish that I told you when you were still around. I wish that I could rewrite all the things that we both let go, and I wish that I could just turn back the time and tell you.

 
L'installation à New York est le plus gros changement de ta vie, et tu ressens une certaine fierté en songeant que tu as tout plaqué pour vivre ton rêve. Ainsi que de la gratitude, notamment envers tes parents sans lesquels tu ne serais allé nulle part. Tu songes tous les jours que si ton père n'avait pas d'argent, Juilliard serait resté un rêve éloigné, pas même une possibilité. Tu te dis aussi qu'il aurait pu se montrer soit plus persuasif, soit plus autoritaire, et que tu aurais abandonné la danse au profit d'une carrière d'avocat afin de suivre ses traces et celles de ton grand-père. Vive la détermination, aussi bien la tienne que celle de ta mère qui s'est évertuées à lui faire intégrer à quel point c'était important pour toi, ainsi que beau et à tes yeux bien plus intéressant que ce qu'il avait à te proposer dans le domaine du droit. Tu as conscience de ta chance, pleinement, et tu en profites chaque jour comme si le rêve allait subitement s'estomper. Comme s'il pouvait te filer entre les doigts, te laissant à une réalité toute autre. A Lille entre papa et maman. Toi qui as déjà eu du mal à la dissuader de t'accompagner dans les premiers mois de ta vie new-yorkaise...

Pour ta rentrée en première année à Juilliard, tu es tout ce qu'il y a de plus excité. Tu ne tiens plus en place, c'est JUILLIARD bordel. Grande, très grande école. Et tu y as été admis, preuve que l'avenir sombre que te dépeignaient professeurs et conseillers d'orientation n'était que pures suppositions. Il s'éclaircit assez bien, de ton point de vue. Tu penses pouvoir être fier de ce à quoi tu es parvenu, ne serais-ce que pour la persévérance dont tu as fait preuve, inébranlable et résistant à toute épreuve. Le lycée fut un véritable parcours du combattant, au même titre que le collège d'ailleurs, mais tu t'en es sorti et fais à présent ce que tu aimes par dessus tout. Tu quittes Williamsburg bien plus tôt que nécessaire, après une très matinale partie de basket, un footing et une bonne douche. Un sac à dos balancé entre les omoplates, tu rejoins Manhattan sur ton skate. Tu zigzagues entre les piétons et dépasse les voitures les plus lentes, avec le sentiment de voler. Tu ne sais pas si c'est la joie qui te fait pousser des ailes, ou uniquement l'effet du vent dans tes cheveux ébouriffés.

En entrant, tu fourres ton skate sous ton bras et te diriges vers l'auditoire. Tu as déjà fait la connaissance de certains premières lors de votre visite des lieux il y a un mois de cela, et comme toujours tu n'as pas perdu de temps pour créer de liens. Ainsi, vous vous installez à cinq au deuxième rang et attendez presque sagement l'arrivée des troisièmes supposés vous guider et surtout vous servir de partenaires sur votre premier projet. Evidemment, la plupart n'ont de cesse de répéter qu'ils veulent une partenaire canon. Pour ta part, cela t'arrangerait surtout qu'elle soit douée, bien qu'une jolie fille ne soit pas de refus. Si tu savais... Vous faites finalement silence lorsqu'ils commencent à entrer. C'est là que tu l'aperçois, mais tu doutes, ou plutôt tu ne peux y croire. C'est lorsque la file s'arrête et que la jeune femme immobile jette un regard dans ta direction sans te voir que tu as la confirmation. Et, comme si ce n'était pas suffisant, son nom est bientôt appelé. Cannelle Lacroix. Tu la suis du regard, carrément sous le choc. Il te faut bien le temps qu'elle grimpe sur l'estrade et plonge la main dans l'urne avant de parvenir à te concentrer sur autre chose. Le chien qui la suit nonchalamment et sans étonner personne, par exemple. Ton regard revient inlassablement sur elle, le moins que l'on puisse dire est que tu es paumé. Lorsqu'on prononce ton nom, tu prend deux coups de coudes: un de chaque côté. Un « t'as de la chance Baz. » suivi de « elle est canon » te font grincer des dents comme si vous étiez encore ensemble. Et, pourtant, cela commence à dater. Tu te frayes un chemin pour la rejoindre, skate sous un bras, sac à dos pendant sur l'épaule opposée, et sourire crispé. Tu appréhendes, tout ça. Dire que vous allez danser ensemble, sans doute vous faudra-t-il réapprendre à vous faire confiance avant toute chose. Lorsque tu parviens à sa hauteur, tu ramasses d'abord le dossier qu'elle a laissé tomber et le garde dans ta main libre. « Salut... » Tu te grattes l'arrière de la tête, toujours crispé. En plus, elle est extrêmement jolie. « Cannelle, je crois... Je ferais mieux de commencer par m'excuser. Et, après tout ce temps, je voudrais qu'on ait une vraie explication s'il faut qu'on bosse ensemble. » Tu te détends légèrement, non mécontent d'être parvenu à dire tout cela. « Tu sais, je suis content de te revoir. Surtout ici. » Et ce même si, au fond, tu lui reproches d'être partie sans te laisser l'occasion de t'expliquer, de t'avoir tout de suite mal jugé, détesté pour une chose que tu n'as ni ne comptais pas faire. De s'être laissée piéger. D'un autre côté, tu t'en veux d'avoir laissé le secret enfler, la faisant probablement se sentir non désirée, seulement prise en pitié. Tu ne réalisais pas.

Made by Neon Demon
avatar
Invité




MessageSujet: Re: (Banelle) Love me harder   Sam 29 Oct - 0:12
Love me harder
Basile & Cannelle
Cause if you want to keep me, you gotta gotta gotta gotta gotta got to love me harder. And if you really need me, you gotta gotta gotta gotta gotta gotta got to love me harder. (Gotta love me harder). Love me, love me, love me. Harder, harder, harder

 
Debout sur l’estrade j’ai l’air d’une parfaite imbécile tandis que la directrice clame haut et fort le nom de Basile. Je me remémore alors plein de choses. Comment j’ai flashé tout de suite sur lui au point de bafouiller comme une conne lorsqu’il m’a dit son prénom. Ensuite, il y a eu ce baiser le soir de mon seizième anniversaire. Ok, je me suis comportée comme une trainée à coucher avec lui le soir-même. Je veux que ça reste secret. Soit disant pour me protéger du regard des autres. Sauf que j’ai finalement fini sous le coup des projecteurs avec cette maudite vidéo. Fort heureusement la connasse avait fini par la supprimer et m’envoyer un message, pleine de remords. Il ne s’est rien passé avec Basile. Pauvre conne. Me voilà maintenant à des kilomètres de lui et je ne pouvais rien y changer si ce n’est l’oublier, essayer de passer à autre chose. Basile était ma malédiction personnelle. Lorsqu’un garçon me touchait, je repensais à ses paroles et donc je suis restée vierge de tout rapport depuis mes dix-sept ans. Le dernier étant mon premier. Abrutie de nana. Alors que mon partenaire de danse depuis deux ans n’attendait que ça mais Landon était comme Basile, un séducteur. Donc non, je ne craquerai pas.

Je suis rapidement arrachée à mes rêveries par mon ex qui me tend son dossier et je le prends. Nos doigts s’effleurent et je me sens comme Louis de Funès dans le Gendarme se marie avec cette électricité que j’avais déjà sentie auparavant. Lors de notre premier contact. J’avais fait exactement la même chose, j’avais laissé tomber un classeur et il l’avait ramassé. Sur le coup, tout ceci m’avait paru romantique alors qu’au final, j’avais juste l’air débile. Tu m’as fait pitié. Mes yeux rencontrent les siens tandis qu’il bafouille des excuses. Je l’arrête alors de la main pour ôter ma sucette de la bouche. « T’inquiètes, je sais qu’il ne s’est rien passé avec cette pouffe. Le passé est le passé et comme t’as pu le remarquer ça m’a fait du mal mais aussi allégé d’un poids. Dix-sept kilos pour être exact bref… » Je remets la sucette dans la bouche pour lui présenter mon chien qui lève ses yeux tristes vers lui. « Voici Télé Z, c’est la mascotte de ma promo. Et j’suis iPod, enchantée. » Surnom ridicule car j’ai tout le temps mes écouteurs dans les oreilles. Je me dépêche d’en remettre un dans mon oreille pour lancer la chanson aussitôt et je l’invite à me suivre.

On arrive dans la salle qui allait être notre salle de répétition jusqu’à la fin du semestre et je fais craquer ma nuque pour m’étirer. Enfin, je sors le double pour lui glisser dans la main. Sans trop lâcher sa main, je plisse doucement le nez gênée avant de m’éloigner. « Bon tu voulais t’expliquer. Vas-y. » Je m’assois en tailleur par tailleur tandis que Télé Z s’approche de moi d’un air nonchalant et je me mets à caresser ses oreilles tout en regardant Basile continuant de manger ma sucette sans me rendre compte que ce geste pourrait être mal interprété.


Made by Neon Demon
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Banelle) Love me harder   
 

(Banelle) Love me harder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Let Love Lead The Way [PV]
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: chill on the hill :: Archives RP-