Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 Roller time in Central Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité




MessageSujet: Roller time in Central Park   Jeu 14 Juil - 23:20

Roller Time in Central Park

Guillaume Musso

“Il suffit d’un instant. Un regard. Une rencontre. Pour bouleverser une existence. La bonne personne, le bon moment. Le caprice complice du hasard.”

participant 1participant 2participant 3participant 4
Gwaen Lancasteret Fréderic Beth
C'était une journée somme toute ordinaire. Un dimanche ensoleillé qui sentait bon les vacances. Il était encore tôt, mais Gwaen s'était levé à l'aube, car il s'était découvert une nouvelle passion pour le roller. Avec la chaleur qui faisait en ce moment en pleine ville, cela n'était pas très raisonnable de s'adonner à cette pratique en pleine journée. Ben oui, notre protagoniste n'avait pas la chance de prendre des vacances comme beaucoup de New-yorkais. En tant que mannequin qui monte, il avait de plus en plus de contrats à respecter et l'été était une période plutôt faste pour les shootings en extérieur. Du coup, il n'espérait même pas quitter la grosse pomme durant cette période estivale ou la chaleur était plus qu'étouffante. Mais il ne renonçait pas pour autant à toute activité physique. Le jeune homme était un sportif, quelqu'un de dynamique qui ne supportait pas de rester sans rien faire. Alors il lui fallait trouver des solutions pour se dépenser sans trop souffrir de la température. Du coup, il se levait tous les matins avant même le soleil et partait faire une séance de footing, de vélo ou encore de roller dès que la lumière était suffisamment importante pour que les réverbères s'éteignent. Puis il rentrait lorsque la chaleur devenait trop intense, prenait une douche, un petit-déjeuner et retournait se coucher pour deux ou trois heures, histoire de finir sa nuit avant d'attaquer le reste de sa journée. Heureusement pour lui son agent connaissait bien son rythme et s'arrangeait toujours pour que les séances photos, casting ou essayage se fassent toujours après quatorze heures. Autant cela ne posait aucun problème à Gwaen de travailler jusque tard le soir, mais bosser le matin, autant dire que c'était mission impossible. Mais passons, là n'est pas notre histoire.

Gwaen avait donc enfilé un short identique à celui des basketteurs de couleur rouge ainsi qu'un t-shirt blanc, enfiler ses baskets, insérer ses écouteurs dans ses oreilles et mit sa casquette préférée avant de sortir de chez lui, musique à plein volume dans les oreilles, direction le métro afin de rejoindre Central Park. Un sac à dos comprenant une bouteille d'eau, ses protections pour les genoux et coudes ainsi que ses rollers venaient compléter la panoplie. Il aurait pu aller directement au parc en roller, mais le temps d'arriver jusqu'à destination la chaleur deviendrait bien trop étouffant et il devrait faire aussi tôt demi-tour pour rentrer sans pouvoir profiter du lieu qui était plutôt calme en cette heure matinale. Le grand brun préférait donc s'enfermer durant une quinzaine de minutes dans les sous-sols de la ville plutôt que de perdre bêtement son temps. Lorsqu'il arriva enfin à l'entrée de Central Park, celui-ci était quasiment désert, bien que quelques coureurs fissent leur footing à la fraiche tout comme lui. Il marcha quelques instants dans l'allée avant de trouver un banc et de s'y installer pour troquer ses chaussures classiques contre celles à roulettes. D'ailleurs, contrairement à ce qu'on pourrait croire, il n'avait pas de roller blade, mais des quads. Vous savez, ces rollers classiques qui existaient bien avant les rollers en lignes. Ceux du jeune homme étaient noir et or et faisaient penser à des baskets montantes normales, sauf qu'elles étaient montées sur des roues. En les voyants en magasin, le jeune homme savait que c'était ceux-là et aucun autre qu'il voulait. Oui, Gwaen n'était pas du genre à faire des caprices, mais quand il avait un coup de cœur pour quelque chose, il faisait tout pour l'avoir. Il suffisait de voir son appartement, mais aussi sa voiture pour comprendre.

Une fois qu'il fut opérationnel, le grand brun se leva et démarra sa balade dans les allées du parc. Profitant du peu de monde qui se trouvait dans sur place et que du coup, il avait de la place pour s'amuser, il se mit à tenter quelques figures acrobatiques sans se rendre compte que quelqu'un arrivait derrière lui. Perdant le contrôle de ses mouvements, il ne fallut pas plus de quelques secondes pour que ce qui devait arriver se produise, c'est-à-dire la collision avec l'inconnu. Pris par son élan, Gwaen se retrouva rapidement les fesses par terre, un peu secoué et sans réaliser ce qu'il venait de se passer.
©linus pour Epicode
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Roller time in Central Park   Lun 18 Juil - 19:50

   
ft. Gwaen& Fred

   
Roller time in Central Park

   
   

   

   Samedi soir, heures d'affluences pour « les égarés » dont le comptoir se voyait prit d'assaut par des dizaines de guerriers à la recherche de la meilleure bière pour ravir leur gorge desséchée. Trop d'âmes pour une seule barmaid croulant sous les commandes et les appels des buveurs désenchantés. Son bar avait le vent en poupe, elle se savait à l'abri du besoin et, pourtant, Fred se refusait encore à prendre une seconde main pour déléguer ses responsabilités. Cela faisait à présent un an -jour pour jour- qu'elle tenait la baraque à un rythme effréné, enchaînant les nuits blanches, se transformant en véritable feu follet quand elle devait enchaînée commandes, plonge, encaissements, services à table. Rien d'étonnant à ce qu'elle ne sombre peu à peu dans les méandres de la cocaïne dont le simple mot suffisait à la faire saliver d'envie. Énergisant incroyable, la divine blanche lui permettait de conquérir la réputation agréable de «reine du service », réputation donnée par elle-même et pour elle-même afin de se donner du courage. Tu bouges ton cul la mignonne! Y'a un bar qui sert les connards à trois rues d'ici, bouges de là, t'es pas la bienvenue. S'entend-elle répondre non sans manquer de ficher son poing dans la figure du jeune ado pré-pubère qui, perdant lamentablement la face devant ses copains de beuverie rejoignit bien vite la sortie sous le regard dépréciateur des nombreux clients et clientes ayant assistés à l'échange. Car si « les égarés » pouvait être un bar d'accueil pour quiconque cherchait un endroit atypique, il était avant tout un lieu connu par des générations de fêtards qui connaissaient bien les règles de la barmaid. Ici, la politesse, le respect d'autrui et la bonne humeur étaient de mises et jamais, O grand jamais, Fred n'aurait acceptée faire exception à la règle. Elle avait travaillé trop dur pour relancer son commerce, subit trop de déception et de désillusions pour que le premier imbécile venu vienne ruiner la bonne ambiance et la tranquillité de faire la fête qu'elle assurait à ses clients. Aussi, n'avait-elle pas peur d'user d'un langage inélégant pour mettre à la porte quiconque osait la provoquer chez elle. Elle savait perdre quelques clients cependant et à l'instar de bons nombres de commerces elle préférait assurer la qualité plutôt que la quantité, slogan qui, contre toute attente, l'avait bel et bien sortie de la misère.
L'aiguille trotte joyeusement jusqu'au chiffre trois lorsque les derniers clients s'en vont enfin. Épuisée, la barmaid s'autorise enfin à s'asseoir tout en jetant un regard désespéré à l'état de son bar. Le sol est noir, collant, les tables sont sans dessus, dessous et une quantité astronomique de verres entassés ornent son comptoir d'ordinaire si propre. Elle soupire, plonge une main dans sa poche, en sort un petit paquet de poudre, hésite puis, finalement, s'autorise une énième trace pour repousser le sommeil et lui permettre d'attaquer, tout feu tout flamme, le nettoyage de fin de service.

C'est un soleil farceur qui vint la tirer de son sommeil comateux. Le visage face contre la table, Fred demeure quelques secondes immobile avant de jeter un regard vitreux autour d'elle. Le bar est étincelant, le sol si propre que l'on pourrait presque s'y voir dedans. La poudre a fait son effet avant de l'abandonner -enfin- au sommeil. Tout être normal aurait plié bagage pour rejoindre sa maison mais Fred s'en sentait absolument incapable. Bien qu'elle n'ouvre pas les dimanches, elle se devait aujourd'hui de faire ses comptes, appeler quelques nouveaux brasseurs repérés, passer des commandes d'alcools diverses et variés, préparer la communication pour le prochain concert qu'elle souhaitait organisée. Autrement dit, elle n'avait absolument pas le droit de se poser aussi, fit-elle le choix -étrange- de s'accorder une ou deux heures de balade à Central Park avant d'aller s'enfermer plusieurs heures durant dans son bureau pour régler ses affaires. Passant à l'arrière boutique, Fred troqua son jean contre un shirt noir, enfila un tee-shirt blanc, se brossa vaguement les dents avant de fermer la porte de son bar. Vivant plus entre les murs de ce dernier que dans son studio de fortune, Fred avait troqué l'habituel sac à main féminin contre un véritable sac à dos de randonné qui contenait de quoi lui permettre de se changer, grignoter, se rafraîchir et gérer sa boutique. La barmaid avec sa crinière indisciplinée ressemblait donc plus à une baroudeuse de fortune qu'à une patronne de bar et cela n'était pas sans lui déplaire : Fred adorait générer de la surprise chez ses semblables et être là où on ne l'attendait pas.

Je suis sûr que je peux dormir en marchant. S'entendit-elle penser à voix haute alors qu'elle s'engageait sur l'un des nombreux de sentier de Central Park. Comme elle l'eut espérée, l'heure matinale rendait le lieu inespérément vide et silencieux si bien que, très vite, Fred eut l'agréable sensation de quitter New-York pour un univers plus doux, plus serein. Bercée par la mélodie du vent dans les arbres et les trilles joyeuses des oiseaux la barmaid avait fini par fermer les yeux se laissant bercer par le balancé de ses hanches, sentant avec bonheur la chaleur du bitume envelopper sous ses pieds qu'elle portait présentement nus, ayant envoyée paître ses baskets dans le bordel de son sac à dos.
Elle aurait -bien entendue- dû garder les yeux ouverts, tout comme ses chaussures aux pieds, peut-être même aurait-elle dû s'abstenir venir ici pour s'accorder les quelques heures de répit qu'elle méritait pourtant. Qu'importe, Fred n'était pas connue pour son comportement conventionnelle aussi, ne fusse pas étonnant qu'elle se retrouve -elle, à pieds et non un probable skateur- sur la route de l'homme profitant de la quiétude matinale pour jouer du patin. Le choc fut inattendu, violent. Ayant percuté le dos de l'inconnu de plein front Fred se retrouva éjecté au sol, la chair dénudée mordant douloureusement le bitume au même titre que ses fesses, qui, bien que joliment rembourrées, ne lui permirent pas d'amortir convenablement sa chute.
Pas les yeux fermés Fred, jamais les yeux fermés! Râla-t-elle contre elle même tout en se délestant à la hâte de son imposant sac à dos qu'elle ouvrit afin de s'assurer que son ordinateur -autrement dit sa vie- ait survécu à la chute. Ce n'est qu'une fois rassurée qu'elle s'autorisa -enfin- à regarder autour d'elle ses iris rencontrant ceux d'un inconnu aux pieds enfermés dans des rollers nouvelle génération. Très classe. Lança-t-elle, l'esprit encore embué par le choc et la fatigue tout en lorgnant sur ses propres petits pieds nus à la chair aussi meurtrie par le choc que ses cuisses.
Je suis désolée, je ne pensais pas créer d'accident aujourd'hui, rien de cassé ? Demanda-t-elle finalement tout en se relevant. Elle prit la peine de chasser petits cailloux présents dans quelques unes de ses plaies ouvertes, de s'épousseter avant de jeter un regard plus attentif à son compagnon d'infortune auquel elle présenta sa main tendue lui offrant l'aide nécessaire pour se relever à son tour.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
 

Roller time in Central Park

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Breakfast in Central Park ◊ Meira Jenniekins
» ✿ Groupe 4 - Central Park
» Ivy S. Cobb • That's the time where I'm suppose to put a quote so cool •
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: chill on the hill :: Archives RP-