Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité




MessageSujet: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 14:36
Fréderic Beth

Yo ! Comme tu as pu lire, moi c'est Fréderic Beth mais honnêtement, la plupart des gens m'appellent plutôt Fred. Je fête cette année mes 27 ans, je suis né-e le 12 Janvier à Brooklyn. Je suis d'origine angolaise de part la mère, belge de part le père et de nationalité américaine et vis à New York depuis 27 ans, dans le quartier de Brooklyn. Ici je suis gérante du bar "Les égarés.", mais j'aime aussi la musique, jouer de la guitare jusqu'à ne plus avoir de doigts, danser à m'en exploser les rotules, arpenter les rues de New-York tard le soir, grimper dans les arbres pour aller tutoyer les étoiles, errer dans les librairies poussiéreuses, dénicher des artistes de rues talentueux pour exposer leurs peintures dans mon bar, m'emplir la pense de houblon, écouter les histoires de cœur des soûlards sans espoir, dessiner les visages tristes, heureux, nostalgiques, partager un repas avec un inconnu et tant d'autres choses encore., en revanche ne me demandez pas de participer à la propagation de rumeurs, de raconter ma vie, de passer ma journée dans des magasins pour gonfler le porte monnaie des plus riches, d'être sympathique par convenance, de travailler le dimanche (jour sacré n'en déplaise au consumérisme ambiant), de trouver l'amour., j'aime pas ça. C'est sans doute pour ça que mon crew c'est plutôt les Se7en ou sbtrkt ! On me distingue d'ailleurs par ma crinière de lion indisciplinée à l'image de mon verbe mordant.
Il paraît que je suis généreuse, sensible, souriante, sincère, amicale, désopilante, inventive, rieuse mais aussi exubérante, farouche, rebelle, passionnée, éparpillée, volubile, tête en l'air, cynique, parfois arrogante, ombrageuse.. Personne n'est parfait. D'ailleurs personne ne le sait mais j'ai un vilain penchant pour la poudre blanche. Il y a trop de choses à faire, d'heures à savourer, de nuits à arpenter. Cette vile amie m'aide à tenir debout, à courir contre le temps qui passe, à résister à la fatigue. Cela causera peut-être un jour ma perte, qu'importe, je suis trop pressée de vivre pour penser à ma chute.. Et pour aller un peu plus loin dans l'intimité on peut dire que je suis amoureuse de l'amour, de la sensualité, des corps qui se trouvent, qui s'enchaînent et qui se quittent, des lèvres qui s'unissent, racontent leurs histoires puis s'oublient. et Amoureusement libre..

『 Au bar, tu commandes quoi ? - la bière ! victime du goût paternel pour le houblon, j'honore le blason familiale en propageant ma passion autour de moi. La bière est à mon palais ce que le bon vin est au français, le plus merveilleux des alcools si l'on omet l'indélicat bedon qu'il confère à ses adorateurs journaliers.
『 Pour sortir, tu vas où ? Club, concert, expo', tu reste chez toi.. ? - concerts, expositions, fêtes sauvages organisées dans les squatts. Je partage ma vie entre mon bar et les rues de New-York, riche de promesses, de rencontres, de débauches et de folies. On ne me verra en revanche, jamais dans les nights clubs ou dans les bars branchés remplient de bobos, hypsters et de toute la jeunesse dorée que je vomie sur les pavés.
『 Parmi tes potes, t'es plutôt populaire ou bien ? - Populaire je ne sais pas, appréciée à ma juste valeur je l'espère. J'accorde une importance fondamentale à l'amitié et aux relations construites sur des bases de franchises et de respects mutuels. Par conséquent, je compte mes ami(e)s sur le doigt d'une main mais peut me venter de pouvoir compter sur eux en cas de besoin. Quant à mes "potes", ce sont les visages que je croise et re-croise dans les soirées underground. Je les connais peu, ils me connaissent peu et cela nous suffit. Pas besoin de nous chanter nos vies pour partager quelques heures d'ivresses ou de fous pas de danses. Je ne dirais pas que je suis populaire mais plutôt connue pour ma bonne humeur, mon exubérance et mes sourires contagieux.
『 Ton smiley préféré ? - mon cellulaire étant une antiquité au regard des dernières merveilles technologiques je n'ai, hélas, pas la possibilité d'user de smiley. Je préfère les mots pour partager mes émotions n'en déplaise aux amoureux de ces petites bêtes sympathiques qui ne trouveront jamais réellement grâce à mes yeux.
『 La fashion-week, t'y vas ? - Oui mais seulement perchée sur mon tracteur, en bleu de travaille et un brin de blé coincé entre mes canines.
『 Qu'est-ce qui t'angoisse le plus, le Queens ou Staten Island ? - Aucun des deux, j'aime le tout New-York pour la diversité de chairs et de vie qu'il m'offre.
『 The Bronx, tu fréquente  ? - Oui. Je suis attirée par les danseurs de rues, troc des cours de danses contre de bonnes bières bien fraîches, j'aime passer du temps avec les enfants du quartier qui ne connaissent de New-York que la misère dans laquelle ils grandissent et vivront sans doute. J'ai lié quelques relations avec des familles, je les aide comme je peux, cuisine avec les mamans esseulées et trouve du temps pour donner des cours collectifs aux quelques jeunes s'accrochant à l'école conscient que le savoir sera peut-être leur unique porte de sortie. Plus secrètement, c'est également là-bas que je trouve mes doses de rêves (je devrais dire drogue mais le mot refuse de franchir mes lèvres.) Je traîne parfois avec les sous-mains des maîtres de l'illégalité. La détresse humaine m'inspire, je les trouve beau dans leur rage d'affronter une vie à la gueule de démon. Je fréquente le Bronx oui, peut-être plus que tous les autres quartiers de New-York quand je ne suis pas derrière mon bar.  
『 On dit quoi sur les habitants de l'Upper East Side  ? - Les gens disent trop de choses sans jamais rien savoir alors moi, je ne dis rien, je vis.
『 Les New Yorkaises portent-elles des chouchous ? - Peut-être, surement, demandez à ceux que ça intéresse.
『 Si tu vivais pas à New York, tu vivrais où ? - En Belgique, pays de la fritte, de la bière et, accessoirement, de mon paternel.



"Je voudrais capturer les étoiles pour les mettre dans la bière ! Tu crois qu'ils aimeraient ça papa ? Un peu d'Univers mélangé au houblon, une partie du tout qui partirait dans les penses nécrosées de ceux qui n'ont rien. Peut-être qu'ils rêveraient un peu plus ? Qu'ils aimeraient un peu mieux ? Que leurs histoires seraient plus proches des rêves utopistes que des réalités fades ? Hein dis papa ? On peut mettre des étoiles dans tes bières ?"
Du haut de ses dix ans, la petite Fred soutient le regard de son paternel hésitant entre fierté et nostalgie. Comment tant de maturité pouvait déjà errer dans ce petit être ? Comment sa magicienne parvenait-elle à décrire la misère du monde avec tant d'innocence et de poésie ?
Déstabiliser, il l'était toujours lorsque Fred faisait son entrée d'un pas décidé dans son bar. Il lui en avait pourtant interdit l'accès cependant, Fréderic n'était pas de celle qui courbe l'échine face à l'autorité paternel. Aussi entêté que sa défunte mère, la petite s'entêtait à franchir le palier de l'entre des égarés au retour de l'école. "Tu as fait tes devoirs ?" Avait-il prit l'habitude de dire d'un ton las espérant que la petite préfère ses cahiers de maths aux questions existentielles dont elle le matraquait sans cesse le laissant aussi démuni qu'un enfant. "Dans le bus papa, dans le bus. Dis, tu crois qu'on est vraiment des poussières d'étoiles ? Si c'est vrai c'est qu'on est tous un peu pareil non ? Alors pourquoi on s'obstine à faire des différences entre les hommes ? Comme Justin. Il dit que ses parents ne doivent pas nous voir ensemble parce que je ressemble à une africaine. C'est grave ? Puis si il vient des étoiles comme moi c'est comme si on était un peu cousin non ? Alors pourquoi ses parents ils n'aiment pas les gens de couleurs hein ?"
Impossible de satisfaire la soif de connaissance de sa fille. Observatrice de talent, la petite capricieuse ne supportait les paradoxes, les dissonances. Quand bien même fut-elle d'une rare intelligence pour son âge, son esprit avait besoin de cases dans lesquels ranger impeccablement les choses. Il fallait du noir et du blanc, du bon et du mauvais, la nécessité d'une pensée manichéenne tranchant avec la réalité de l'être humain. Son père, bien que sage et conscient de l'importance qu'avait ses réponses aux yeux de sa fille ne parvenait réellement à lui transmettre ce qu'il pensait réellement des Hommes. Il s'évertuait donc à lui dire que les choses étaient plus compliquées que ça et qu'il fallait bien souvent briser milles illusions avant d'espérer toucher du doigt la vérité sur ce qu'est l'être humain. Ces réponses qu'il savait insatisfaisante pour sa lionne suffisait néanmoins à éteindre le feu des questions. La petite -comme toujours- croisait les bras sur sa poitrine, fronçait les sourcils et lançait d'une voix arrogante dans laquelle sonne la promesse d'une tempête prochaine "Je vais réfléchir à la maison. Je prépare à dîner alors ne rentre pas trop tard ! Je me couche tôt moi monsieur mon papa."
Phrase quotidienne qui, toujours, lui laissait un amer goût de remords sous la langue. A n'en pas douter, Léo n'était pas l'image d'un bon père. Depuis la mort de sa femme il parvenait tout juste à comprendre ce que le mot paternité signifiait obligeant sa fille à devoir se comporter comme une petite adulte.
Quand bien même sût-il indistinctement qu'il lui volait une part de son enfance il ne pouvait nier que son aide était inestimable à sa survie. Etant seul gérant de son bar, ses journées commençaient très tôt et se finissaient toujours très tard. Il n'était jamais là pour partager un repas avec sa fille et, pourtant, lorsqu'il rentrait, il était sûr de trouver une assiette prêt à être réchauffé ainsi qu'un mot de tendresse laissé par sa progéniture. Aucune rancœur ne semblait gonfler la poitrine de son enfant qui grandissait sans lui, s'armant d'un caractère impétueux pour résister aux obstacles d'une vie qu'elle s'évertuait de comprendre sans parvenir à en saisir toutes les complexités.

"Cet endroit pue la misère papa !" Un éclat mauvais illumine le regard fauve de la jeune adolescente. Lippe retroussée, la lionne s'apprête, une fois de plus, à sortir les crocs face à un père usé de répéter inlassablement la même discussion. "Une fois pour toute Fred, NON ! Aucun graphiste ne viendra peinturlurer ses murs est-ce bien clair ?" La fille croise ses bras sous sa poitrine, le regard fier, prête à affronter son père dans les règles de l'art. " Tu préfères que les mites finissent de ronger les murs ? Que les rats finissent de grignoter les fils électriques et tes misérables sofas ? Les égarés papa ! Ton bar pourrait être un lieu plein de poésies ! Tu pourrais permettre à des jeunes sans le sou mais pleins de talents de venir exposer leurs œuvres ! Tu pourrais organiser des concerts, des vernissages que sais-je encore ! Je connais des tas de gosses qui sont prêts à travailler pour rien ! Regarde autour de toi ! Ce lieu part en vrille, tes clients fuient ton bar pour une concurrence qui a fait le choix de la modernité et tes habitués sont des sdf ayant plus de puces sous les aisselles que de cheveux sur le caillou ! Ouvres les yeux ! Tu crois qu'on va tenir combien de temps comme ça ? Un an ? Six mois peut-être ? Ton bar devient un cancer, NOTRE cancer et il est hors de question que je meurs avec toi est-ce bien clair ? La vie ne s'arrête pas à 55 ans bon sang ! Tu crois que maman serait fière de toi ? Pour elle, pour sa mémoire, je ne peux te laisser sombrer ainsi, même ta bière à un goût de merde ! Quand accepteras-tu enfin d'ouvrir les yeux ? Plus personne ne nous fait confiance, nos brasseurs nous tournent le dos. Laisses moi t'aider je t'en conjure ! Je suis persuadée de pouvoir rendre à cet endroit l'éclat du passé pour le peu que tu me fasses confiance !"
Fred marque la fin de sa diatribe par un violent coup de poing sur la table. Le regard heurte celui du père, se noie dans son océan glacé, comprend. Non. Il ne cédera pas. Pis encore, avoir osé parler de sa femme n'a fait que l'enfermé plus profondément dans son entêtement. Le père et la fille se toise, longtemps, un silence de mort distille dans l'air l'âpre parfum de l'échec. Face au silence Fréderic se brise. Vaincue, elle baisse les épaules, quitte l'océan du regard paternel puis, brutalement, lui tourne le dos. Ce soir elle ne rentrera pas, ni demain. Elle a besoin de disparaître, elle espère lui faire peur et rallumer en lui l'éclat de sa ferveur passée. Son père a perdu la raison mais elle ne parvient encore à l'admettre. Il faut dire que l'adolescente n'est pas encore prête à vivre sans lui. Quand bien même ne fut-il jamais à l'image de son père idéal il n'empêche que c'est grâce à lui qu'elle peut mettre du beurre dans les épinards. La misère n'est pas loin et ce n'est pas le vulgaire travail de serveuse qu'elle c'est dégotée en secret qui lui permettra de les faire vivre et, encore moins, de payer son école d'art sur lequel elle fantasme en secret.
Une larme menace d'enlacer sa joue, d'un geste rageur elle l'essuie et disparaît dans la nuit.

"- Je peux te faire deux grandes mains desquelles s'envoleraient des centaines de mots de couleurs. Je pensais dessiner des petits bons hommes qui chevaucheraient les mots en s'enfilant une bonne bière, histoire de raccrocher à l'ambiance. Ça peut prendre la totalité de ce mur. Pour le reste, je pense demander à Toni de venir repeindre. Il utilise de la chaux, c'est moins onéreux et les teintes sont plus chaleureuses. Si tu veux que les gens viennent se perdre ici faut que les murs racontent une histoire, t'as beau être la plus belle du quartier, ta crinière de lionne ne suffira pas à faire venir le peuple.
- Même avec un super slogan ? Une bière achetée, un téton découvert."

Tonio lance un regard indécis à son amie, prend connaissance de sa mine réjouie puis la rejoint dans son éclat de rire. L'heure n'est plus à la fête depuis que le paternel à déserté New-York pourtant, jamais la moindre plainte n'a franchit la lippe de Fred. Elle c'est contenté de le retrouver un soir pour lui demander son aide. Il n'a pas hésité quand bien même doute-t-il de sa capacité à reprendre l'affaire de son père. Il lui a bien conseillé de vendre tout ça et de penser à son avenir mais c'est aussitôt ravisé, se heurtant aux billes mauvaises d'une Fred enragée. Surprenante, c'est le seul mot qui lui venait à l'esprit pour décrire son amie. Fréderic était de ces femmes qui ne reculent devant rien. Jamais il ne l'a vu geindre ou se plaindre quand bien même des cernes bleutés encadraient son joli minois. Lorsqu'elle avait une idée en tête il était absolument impossible de lui faire changer d'avis. Par ailleurs, Fréd possédait une telle force que personne n'aurait jamais pu doutée de sa capacité à réussir le challenge qu'elle s'imposait aujourd'hui. Ce bar c'était sa vie, son enfance, entre de ses rêves, de ses illusions, de ses souvenirs. En le reprenant, elle savait qu'elle tirait un trait sur ses rêves d'artistes. Qu'importe, elle souhaitait que les égarés deviennent un repère pour ceux qui, comme elle, avait la vague à l'âme. Si elle ne pouvait devenir artiste elle souhaitait permettre à ceux qui l'entouraient de se faire connaître grâce à son bar. Elle voulait y exposer des œuvres, organiser des concerts, réserver une partie du lieu à l'exposition d'une grande bibliothèque où les hommes et les femmes en mal de littératures pourraient venir s'y perdre en sirotant une bonne bière.
Si le pari était énorme, Fred avait déjà réalisé un petit exploit, celui de réunir suffisamment de monde pour retaper l'endroit sans dépenser trop d'argents. Il faut dire qu'on s'attachait facilement à la petite lionne. Les gens l'aidaient et, en retour, savaient qu'ils pourraient compter sur elle. Femme de parole, femme d'honneur, elle parvenait à elle seule à créer une chaîne de solidarité. Elle était la preuve vivante que l'on pouvait encore avoir foie en l'humanité. Porteuse d'espoir, voilà ce qu'elle était et, rien que pour cela, Tonio l'aurait bien volontiers suivit jusqu'au bout du monde.

"J'ai pas dormi de la nuit."
Lâche-t-elle dans un bâillement dès plus sonore et inélégant tout en passant un chiffon sur le comptoir. Avisant un client, Fred se détache de son ami, sert un café à l’inopportun avant de revenir s'asseoir, la mine sombre.
"- Tu devrais prendre un barmaid. Tu pourras pas tenir à ce train là, tes clients vont bientôt te prendre pour un fantôme !
- J'ai de la chance de ne pas être blanche comme un cul alors, ils auront un peu moins peur.
- Un peu de respect pour les culs blancs mam'zelle ! J'en connais un paquet qui t'aurais taxée de racisme pour moins que ça !
- Te fâche pas Lino, tu sais que je l'adore -moi- ton cul blanc.

Un sourire fantastique étire ses lèvres, chassant pour un temps, la fatigue accumulée. Lino à beau s'émerveiller devant tant de force il ne parvient à taire son inquiétude. Fred a réussi son pari, le bar fonctionne à nouveau et les clients se pressent au comptoir néanmoins, Fred s'épuise. Aussi courageuse soit-elle elle ne possède que deux bras, gérer le bar h24 finira par la tuer.
" - J'ai décidé que je fermerais le dimanche. Je pensais ouvrir les portes qu'à partir de 10h30 mais les clients du matin son précieux même si certains soûlards sont difficiles à faire décamper. Peut-être que je pourrais fermer entre 11h et 14h ? Je ne fais pas restaurant et ça me permettrait de gérer la caisse et les commandes de boissons. Je me suis aménagée un petit appart-bureau à l'arrière tu as vu ? Bon ok, un lit bureau. Il faudrait que je puisse louer une douche et une armoire comme ça pas besoin de payer d'appart. Tu me louerais ta douche Lino ?
- Et... Sinon ? Reconsidérer l'option de prendre quelqu'un pour t'aider ? Le bar marche bien tu dis alors...
- J'organise le premier concert le weekend prochain et le premier vernissage dans un mois. Si les retombés sont bonnes je prends quelqu'un. J'ai encore les huissiers qui me surveillent, je n'ai plus de retard dans mes factures mais j'ai encore le crédit de la banque sur le dos, il faut que je sois maligne tu comprends ? Je n'arrive pas à saisir comment mon père a réussir à survivre toutes ces années alors que le bar était moitié moins fréquenté.
- Il avait peut-être de l'argent de côté.
- On aurait pas vécu dans un vulgaire deux pièces si il avait été riche.
- Et... Ta mère ? Peut-être lui a-t-elle léguée une petite fortune dont il ce serait gardé de te parler..."

Lino sert les dents, baisse les yeux, conscient des risques de s'aventurer sur un tel sujet de conversation. Il rassérène néanmoins bien vite, Fred à la posture décontractée des bons jours, apte à la confidence, chose rare quand bien même fut-il l'un de ces plus proches amis.
" - Ma mère nous a quitté lorsque j'avais deux ans. Papa ne s'en ait jamais vraiment remis. Je pense qu'il m'a abandonné à cause de ça. Si maman nous avait mis à l'abri du besoin, une fois encore, nous n'aurions pas vécu comme nous avons vécu. Enfin... Je l'espère... De toute façon je n'ai aucun moyen de le savoir et je ne veux pas. J'ai réussi où il a échoué, ce savoir est bien plus précieux à mes yeux. Parfois, il vaut mieux que certaines vérités restent cachées."

Je suis désolé. Pardon de t'avoir quitté sans même laisser le moindre mot. Pardon d'avoir refusé de t'écouter lorsqu'il en était encore temps. Tes mots. Je n'ai jamais réussi à accepter tes mots. Trop justes, trop sincères pour que je sache qu'en faire. Tu as toujours su frapper là où ça fait mal. Tu as toujours faire face là où je ne savais que fermer les yeux. Je n'ai jamais compris d'où te venais cette force de vie, cette chaleur, cette capacité à supporter l'insupportable. Tu ne m'as jamais posé de questions sur ta mère. Tu as toujours accepté mes silences, mes résignations, tu ne m'as jamais demandé d'être un bon père, tu savais que j'en étais incapable. En écrivant ces mots, je sais que tu ne m'en veux pas de t'avoir quitté. Je sais même que tu as du reprendre le bar à bras le corps et que les murs de mes illusions abritent aujourd'hui tes rêves d'humanité. Je sais que tu as réussi parce que tu réussies toujours tout ce que tu entreprends. Malgré tout, je te dois des excuses et des explications. Je sais que tu n'as jamais voulu en savoir plus sur ta mère pour t'éviter de trop souffrir de ton absence. Pourtant, une petite voix au fond de toi à toujours su combien cette dernière était extraordinaire. Ton amour des mots, de la peinture, de la musique, tu l'as doit à elle et uniquement à elle. Ta redoutable intelligence également. Ta mère était de ces femmes uniques qui voue un amour inconditionnelle pour leur liberté. J'ai eu beaucoup de chance de l'avoir à mes côtés, beaucoup de chance qu'elle ait accepté de me léguer une si merveilleuse descendance. Tu avais raison. Je dois lui faire honte, je n'ai jamais su honorer sa mémoire et m'occuper de toi comme elle l'aurait fait. Tu étais la prunelle de ses yeux. J'en étais jaloux, terriblement jaloux, jalousie dont j'ai honte encore aujourd'hui. Il faut savoir nommer les choses pour s'en libérer. Tu me l'as toujours montré et j'ai toujours fuit cette vérité. Moi qui ne sait parler qu'aujourd'hui, à l'heure où mes yeux sont trop secs pour pouvoir pleurer.
Fred. Je t'écris pour te dire que je m'en vais. Qu'on ne se reverra jamais. Le cancer je l'ai attrapé pour de bon. Un juste retour des choses j'imagine. Je vois ma mort prochaine comme un signe plutôt que comme une punition. Tu vivras mieux sans moi, tu as toujours vécu sans moi. Mais, avant de partir, je voulais te dire que ta mère t'aimais plus que je ne pourrais jamais t'aimer. Je ne sais pas pourquoi, je me dis que cette certitude pourra, peut-être, te faire du bien. Avant de mourir, elle avait prit soin de te léguer les maigres richesses qu'elle possédait. Elle a vendu deux galeries d'arts qu'elle possédait à Paris et à New-York il y a de ça de nombreuses années et à prit soin de bloquer l'argent sur un compte épargne en attendant que... En attendant que je me décide à te donner les clés de cet argent que tu mérites.
Ne me demande pas comment elle savait sa mort proche. Je l'ai toujours soupçonné d'être un peu devin en plus d'être douée pour l'art et son commerce.
Pour ma part, j'ai vendu mes modestes biens en Belgique dont les bénéfices sont venus gonflés le petit pactole de ta mère. Tu ne deviendras pas Crésus avec cet argent mais cela devrait te permettre de voir venir et de finir de retaper le bar si jamais cela n'est pas déjà fait.
Le bar t'appartiens d'ailleurs, pour de bon cette fois. Tu trouveras dans cette lettre l'acte notarié attestant de mon lègue. Il en va de même pour notre petit appartement quand bien même je te souhaite de le louer pour te trouver une maison plus confortable.

J'espère que tu me pardonneras de ne pouvoir te donner plus. Peut-être auras-tu la sensation que je t'achète et cela est sans doute vrai. Je suis lâche, égoïste et je n'ai plus le temps d'espérer changer cela. Ma seule fierté est de savoir que tu n'es pas comme moi. Tu as de la chance que ma médiocrité ne t'aies jamais nécrosée.
Ma fille, je t'envoie des baisers sincères et les centaines de je t'aime que je n'ai jamais osé te dire.
Prends soin de toi, de ta vie, aime comme je n'ai jamais su aimer. Vie comme je n'ai jamais su vivre.
On se reverra un jour, quand ton temps sera venu. Pour l'heure je m'apprête à rejoindre ta mère. Je veillerais mieux sur toi de là-haut que sur cette Terre.
A bientôt.
Ton père...
  

What 'bout you

Yo² , moi c'est Camille mais sur le net on m'appelle plutôt CC. J'ai 24 ans et je suis une apprentie éducatrice spécialisée. J'aime bien lire, écrire, rêver, danser, dormir et pas trop les gens méchants.
Deux vérités et un mensonges : je suis amoureuse, je suis dresseuse de poisson licorne, j'ai un bonnet en forme de monstre vert.. Je craque pour : les gueules tordus, les personnages complexes, fous, bizarres, décalés, marginaux bref, qui sorte de l'ordinaire. et un peu moins sur : les personnages trop parfaits comme les personnalités trop parfaites..
J'ai trouvé le forum grâce à bazzart, et je le trouve saladement parfait !. Un dernier mot ? BOUYACHAKA ! Cri de guerre du pays des bisounours !  coeur rose .



 
[/i]
[/i]
Code:
[color=#cc0000]◤[/color] <av>Stephanie Bertram Rose</av> ≮ [url=http://salad-days.actifforum.com/profile?mode=editprofile]<ps>Fred Beth</ps>[/url]



Scénario ? Si oui , de qui ? (pareil pour la banque de liens) [url=LIENDUSCENARIO]nom du créateur[/url]


Veux-tu être parrainé ? oui [ X ]  non [  ]

ADMIN STFU
avatar
Felix P. Bradbery

▼ Date d'inscription : 05/01/2016
▼ Messages : 172
▼ Avatar : dylan rieder
▼ Crédits : balaclava



MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 14:39
Han je rêvais trop de Stéphanie pour la sœur de mon
India **
choix d'avatar SUBLIME et début de fiche prometteur, hate d'en voir plus !!
Bienvenue et si t'as des questions n'hésite pas loove

♡............................................................ ♥



The role takes a hold of you, becomes the whole of you, you're looking at the stolen youth, the egg, the clucker and the golden goose. The role takes a hold of you, becomes the whole of you, you're looking at the stolen youth, the egg, the clucker and the golden goose. ©️ okinnel.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 14:42
Maouh merci ! coeur rose
Je ne pourrais peut-être pas jouer la sœur de ton personnage mais je serais tout de même ravie de trouver un lien avec !
Encore merci pour ton petit mot, je suis contente que mademoiselle Rose plaise. kiki
FONDATEUR SE7EN
avatar
Absolem G. Whitlock

▼ Date d'inscription : 02/06/2016
▼ Messages : 119
▼ Avatar : adam the lord
▼ Crédits : astoria



MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 14:47
magnifique toi, magnifique toi, super choix d'avatar et début de fiche parfait, j'ai tellement hâte d'en voir plus ! coeur rose  bienvenue sur le forum bella !

♡............................................................ ♥


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 14:50
Miouuuuuu ! Que de compliments oh ! Merci, merci et encore merci ! ces jolies mots réchauffe mon petit cœur beurré. kiki Cela dit en passant, diantre que j'aime le prénom de ton personnage ! ça donne envie d'en savoir plus sur la bête mimi. Je me hâte de finir tout ça pour vous rejoindre au plus vite. Encore merci !<3
MODO SAPE
avatar
Niven P. Clams

▼ Date d'inscription : 31/05/2016
▼ Messages : 385
▼ Avatar : Louis Tomlinson
▼ Crédits : © Miss Emi



MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 17:42
Bienvenue sur le forum avec cette très belle demoiselle !

♡............................................................ ♥


by miss horan

Niven • 24 ans • Amoureux
Mannequin et papa
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 17:49
Merci bien m'ssieur ! ^^
ADMIN SE7EN
avatar
Bellamy H. Cotton

▼ Date d'inscription : 12/09/2014
▼ Messages : 307
▼ Avatar : young harold.
▼ Crédits : m&tumblr.



MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 20:33


Tu es validé-e !!!


ta fiche est vraiment bien écrite, ohlala! il y a trois quatre fautes par ci par là mais c'est même pas gênant tellement ton style est fluide et pur. bienvenue parmi nous, j'espère que tu te plaira sur salad days et que ton personnage pourra se développer comme tu l'entends et que tu vas bien t'amuser parce que t'as l'air d'être aussi sympa que ta lionne. pour ce qui est de ton groupe, j'pense que ta description correspond plus à celle d'une se7en puisque ton personnage a pas l'air branché gossip et technologie qui est assez propre aux sbtrkt. bref, bienvenue sur salad days, toutes les indications pour bien démarrer sont à la suite de mon blabla, si t'as le moindre problème, la moindre question, tu sais où nous trouver. keur



Fé-li-ci-ta-tions ! Tu es officiellement une salade ! Maintenant que tu as terminé ta fiche, et que celle-ci est en règle, tu vas pouvoir participer à l'aventure bien comme il faut ! Après avoir vérifié que ton avatar était bien recensé dans le bottin tu peux recenser ton prénom et ton nom par ici !
Ici, pas de fiche de liens mais un portfolio à poster ici, pour comprendre comment ça marche tu peux lire ce topic, ensuite pour trouver pleins de liens sans être individualiste tu peux jeter un oeil au topic commun des liens ! Afin d'y poser ta recherche et répondre aux recherches des autres. Concernant les autres voici un listing des portfolios.

Pour continuer sur le chemin de l'intégration tu trouveras une partie flood rien que pour ton groupe en cliquant sur pedobear : 175 , si tu veut tu peux même demander à être parrainé en cliquant sur monsieur banana : 178 . Pour plus de fun tu peux aussi choisir de t'ouvrir une partie "défi" c'est ici !


Beaucoup de choses à assimiler n'est-ce pas ? Pas de soucis, prends ton temps 176


Ensuite, il t'es TRÈS FORTEMENT RECOMMANDÉ de faire ta demande de logement ainsi que ta demande de métier, tu peux d'ailleurs jeter un oeil aux métiers exercés par les membres sur ce topic. N'hésite pas, si besoin est, pour le métier de ton personnage par exemple, à demander la création d'un nouveau lieu.


Si tu veux RP, d'entrée de jeu, si tu te sens téméraire itout, tu peux trouver un partenaire de rp en cliquant sur le gâteau -> cake


HOP on arrive à la fin du petit pavé validationnateur (sisi le néologisme), sache que tu peux proposer un événement au forum (une grosse fête publique pour l'anniv de ton perso, un showroom, un concert, ce que tu veux) en cliquant sur les gros macarons : !! N'hésite pas à proposer tout pleins de trucs, du topic commun simple aux intrigues !


Si tu ne connais pas bien la barre de notification en haut voilà un ptit mouton qui va t'expliquer comment l'utiliser : moutonsuper


et, enfin, dernier point mais pas des moindres les BRUITS DU TROTTOIR, tes points "BDT", ils représentent la popularité de ton personnage à New York et parmi ton crew, tu les gagne et les dépense, clique sur domac pour voir comment : Mcdo , tu retrouveras les ragots en cliquant sur les étoiles STARRRS et tu pourras envoyer des ragots info/intox aux BDT, sisi, en cliquant sur le chemin de l'étoile filante : rainbow , tu peux aussi poser des questions aux BDT avec le poulpe amoureux : tako .

Pour le reste, on va te laisser fouiller un peu... instagram, téléphone portable, Cristinette Cordulette... bientôt tu connaîtra tout ça sur le bout des doigts ! deco deco deco






♡............................................................ ♥


keur
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité




MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   Mar 12 Juil - 21:24
J'ai déjà hurlé sur la CB mais, une fois encore, merci pour tout. Tes mots me vont droit au cœur et je me hâte de faire tout mon bordel pour pouvoir commencer le rp. Encore merci pour cette validation rapide, I'm So Happy ! kiki heart 63
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.   
 

Fred. Je voudrais crever d'une indigestion d'étoiles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fred Weasley
» Fred Poulin
» Ça va exploser ! - Fred
» Ô mon amour c'est le jour parfait, pour ne rien faire ou pour crever.
» Fred Weasley // Le château ne va plus s'ennuyer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: chill on the hill :: Archives fiches-