Les topsites

Une idée d'event ?
▻ Propose la ! ◅


vivre à New York des paillettes plein les yeux
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les S.A.P.E. et les SKIV sont en sous-effectif !
Si tu peux, intéresse toi ces crews-là ! ce serait tip-top ! ♥️ ♥️ ♥️
(mais si non, on t'aime quand même)
➳ Olalala, ça manque de mâles par ici ! N'hésite pas à jouer un garçon !

Partagez | 
 

 SIAM IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: SIAM IV   Mer 10 Fév - 2:20
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
C'était particulier, d'attendre, comme ça, quelque chose, un signe, une raison. Une façon de faire pour ne pas avoir à se défaire dans la douleur. Ça l'avait refroidit le Silas, c'était compréhensible. Elle lui faisait un drôle de plan, mais heureusement, il n'avait pas cessé d'être ce qu'elle appréciait le plus en lui, et ça ne faisait que confirmer qu'elle avait envie de lui tout comme elle avait bien fait de le mettre à l'épreuve, bien qu'elle s'était trouvée idiote pour cela. Plus d'une fois. Il avait fait preuve d'une délicatesse incongrue, lorsqu'il avait déposer un baiser sur sa tête. Priam l'avait juste observé regagner sa salle de bain, perplexe, avant de partir, gardant, comme elle l'avait promis, le t-shirt.
C'est une soirée post-exams qui la porte sur les routes de l'ivresse, et Priam conduit bizarrement jusqu'à un certain lieu, auquel elle ne pense que trop souvent depuis. Chez lui, Silas. Il est peut-être deux heures du matin lorsque la jeune femme tambourine à sa porte en appelant le blondinet pour qu'il ouvre rapidement. Lorsqu'il le fait, la belle sourit, ôte son écharpe, dévoilant son décolleté, et entre dans l'appartement. Je ne te dérange pas? demande-t-elle plus pour la forme qu'autre chose avant de glisser ses mains dans le cou du jeune homme pour se rapprocher de lui et l'embrasser avec envie.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Mer 10 Fév - 23:18
La fille aux cheveux de soie
 

 
Les derniers jours n’avaient pas été de tout repos. Certes, les examens étaient terminés, mais qui disait fin des épreuves, disait forcément fêtes et soirées pour se remettre efficacement (ou pas) de cette période éprouvante. Silas était plutôt du genre à respecter la tradition, mais cette année, certains événements venaient déroger à ses plans, à commencer par le site: les soirées étudiantes ayant explosé, le blog recevait des dizaines d’informations et de vidéos par jour, au point que le jeune homme avait dû y consacrer tout son temps, en plus de commencer à reprendre normalement ses études, les vacances déjà loin derrière lui. Pour la première fois, sa tête de sale gamin n’était apparue nulle part, ce qui finit par agacer ses amis qui le réclamèrent en l’harcelant de mails et de messages. Fidèle à lui-même, il fit un effort pour sortir, mais se surprit à traîner les pieds, du début jusqu’à la fin de la soirée, le rendant étrangement désagréable. Se moquant au début d’un gros gaillard, il finit par dire la phrase de trop et se fit éclater la tête avant d’être expulsé de la boite comme un mal propre. En trois jours son visage passa par toute les couleurs. « Quand ce sera violet Monsieur Ederman, dites vous que vous serez sur le chemin de la rémission ! » avait dit son médecin. Effectivement, ça ne manqua pas:  aujourd’hui 10 février, son oeil rouge et son arcade sourcilière avaient dégonflés pour laisser place à des tâches grises et mauvâtres d’un mauvais goût extrême, le pire étant l’arrête de son nez qui, elle, était couverte d’une teinte venue tout droit d’un autre monde. Epuisé par la douleur, il passait son temps à jongler entre calmants et épisodes  de Game of Thrones en se disant avec mauvaise foi que les scène de torture ne pouvaient être pire que ce qu’il vivait là, douillette qu’il était. Après quatre épisodes, il finit par aller se coucher. Il dormait profondément quand un bruit vint le réveiller. Il se redressa trop rapidement et vit trouble. Jetant un coup d’oeil à son réveil, il grimaça, ce qui lui fit mal puis partit en direction de la porte. Ce devait être Riley qui venait se venger de la visite totalement improviste qu’il avait fait l’autre nuit. Il ouvrit la porte, se forçant à ne pas grimacer sous le mal de crâne qui venait de le saisir au réveil. Dans l’obscurité une plus petite silhouette que celle de Riley se dessinait. « Je ne te dérange pas ? » dit une voix féminine qu’il reconnu directement. Priam entra dans l’appartement en défaisant ce qui semblait être une écharpe. Il fronça les sourcils, ce qui lui fit mal, et voulut ouvrir la bouche pour parler mais l’ukrainienne fut plus rapide. Elle passa ses bras autour de son cou et s’approcha avant de l’embrasser. Il y fut sensible, mais pas dans le sens  qu’on aurait pu espérer: avant même qu’il puisse penser à quoi que ce soit, le contact de ses lèvres sur les siennes réveillèrent la douleur de son visage et il se crispa si vivement qu’on eût dit qu’il était sur le point de la jeter. Il se détacha vivement et se cogna au mur derrière lui, ce qui, au passage, alluma la lumière du petit salon où ils se trouvaient. « Putain, tu m’as tué… » dit-il dans un gémissement. Il la regarda, les yeux brillants nerveusement à cause de la douleur. Il prit une inspiration et avala lentement sa salive. « Mais… Qu’est-ce que tu fous ici ? T’as vu l’heure ? » demanda-t’il d’un ton étranglé, voir même un peu agressif. Lentement, les idées se remirent en place. Le ton qu’il avait prit n’était pas très sympathique, mais c’était l’étonnement qui jouait, car son pouls s’accéléra. Il déglutit difficilement, puis au fil des secondes, se mit à sourire très légèrement, afin de ne pas froisser de trop son visage. Il était fatigué, mais content de la voir. « Tu t’es fais belle pour venir me voir ? » demanda-t’il alors que ses yeux se baissaient sur son décolleté. Son petit air de sale gamin revint et sa lourdeur habituelle aussi. « Même si c’est pas vrai, je t’en supplie dis-le, j’ai une gueule absolument dégueulasse et je voudrais avoir au moins entendre quelque chose de positif cette semaine » railla-t’il ensuite en prenant une mine blasée.

© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Mer 4 Mai - 1:13
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
Priam comprend pas trop pourquoi il dit qu'elle l'a tuée, mais ça l'amuse alors elle pouffe un peu, et même si la vivacité avec laquelle Silas lui demande ce qu'elle fout là et si elle a vu l'heure la secoue un peu, la jeune femme ne perd pas son sourire pour autant. Elle hausse les épaules : Nono j'ai pas vu l'heure répond-t-elle avec une voix un peu idiote avant de rire un peu face à la question du blondinet et l'espèce de décrépitude avec laquelle il lui implore de répondre de manière positive. T'es violet comme un radis pfahah.. se moque-t-elle doucement en hochant la tête avant d'ajouter précipitamment : Oui oui c'est pour toi ! sur ces mots l'Ukrainienne attrape le visage de l'étudiant entre ses mains pour l'embrasser à nouveau tandis qu'elle presse son corps contre le sien, prise d'une impatience aussi soudaine que nouvelle.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Ven 6 Mai - 23:26
La fille aux cheveux de soie
 

 

Il avait mal. Sa tête n’avait pas supporté les embrassades de Priam et maintenant tout son visage le lui rappelait dans une douleur aigüe et en particulier au niveau de la lèvre supérieure. Il était assez pleurnichard, chochotte était le mot juste: toujours à en faire des tonnes alors qu’en fait il n’avait rien de grave. Lui-même savait qu’il exagérait et en était conscient, ce qui le faisait rire en soit, mais là, c’était différent. Se faire casser la gueule, en plus de ne pas avoir la carrure d’un bodybuilder, c’était suffisamment humiliant pour se faire encore moquer dans son propre appartement, témoin de son malheur depuis quelques jours. « T'es violet comme un radis pfahah… » ricana Priam. Il lâcha un soupir en la regardant. « Merci de ton soutien » dit-il en fermant la porte de l’appartement. Il était un peu patrac, pas trop bien dans son assiette. Trop de soucis le tourmentaient ces temps-ci et un autre de taille venait s’ajouter à sa liste: Charlie et la pseudo promesse qu’il lui avait faite. « Oui oui c'est pour toi ! » dit Priam avec enthousiasme. Il haussa les sourcils et prit une mine outrée avant de lever les yeux au plafond et de faire un signe de croix. « Sérieux ? Mais Dieu existe ! » s’exclama-t’il en prenant un ton exagérément choqué. Il voulut ajouter quelque chose, mais Priam fut plus rapide. Dès qu’il la vit avancer, il eut un violent sursaut qui lui fit faire un pas en arrière mais elle fut plus rapide. Un « non » étouffé passa ses lèvres, mais ce fut totalement inutile: Priam l’embrassait déjà, pressant son corps contre le sien, ce qui n’arrangea rien à la situation. Bien que la volonté y était, la douleur se réveilla instantanément et il tourna vivement la tête sur le coté pour mettre ses deux mains sur son visage, comme s’il cherchait à se préserver de la douleur. Il se décolla de Priam et se replia en deux en jurant une fois, deux fois, trois fois… Quatre fois au total. « Ça me fait mal, Priam ! Merde ! » s’exclama-t-il alors qu’il la regardait avec des yeux étrangement brillants. Il reprit un peu son souffle et sautilla sur place comme un gamin venant de mettre un coup de pied dans une pierre beaucoup trop grosse pour ses orteils de sale mioche. Il retira ses mains et vit quelque chose de rouge. Ses yeux s’écarquillèrent. Il tourna la tête sur le coté en fermant les paupières avant de tendre ses bras vers l’avant. « Je saigne Priam. Je saigne… » dit-il d’une voix étrange. Il avait horreur de la vue du sang. Rien que l’idée de savoir qu’il était blessé le faisait sentir mal alors qu’il ne s’agissait que d’à peine trois gouttelettes d’hémoglobine. « Pourquoi tu me fais ça  ? T’es pas… Comme ça d’habitude » dit-il d'un ton distant qui ne lui ressemblait pas. En faisant ça, il lui jeta un coup d’oeil et vit son reflet dans le miroir accolé au mur. Son visage se décrépit. « Oh putain. Ya du rouge partout... Je vais crever là ! » lâcha-t’il en se pointant du doigt. Il lui jeta un regard effrayé et pâlit brusquement.

© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Mer 11 Mai - 23:20
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
La jeune femme est un peu brusquée lorsque Silas râle alors qu'ils sont censés partager quelque chose qu'ils n'ont jamais vraiment pût partager. L'espace d'un instant elle se demande pourquoi elle a cette pulsion ? Pourquoi avec lui ? A peine un baiser et le voilà déjà chiant ! L'ukrainienne soupire et se laisse tomber sur un fauteuil avant de relever le regard vers la drama queen devant elle. Putain et moi je saigne tout les mois ça vaaaaa ! lâche-t-elle en secouant la main avant de s'affaler, trop enivrée pour être pudique, pour s'inquiéter et pour faire preuve de délicatesse.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Lun 16 Mai - 1:05
La fille aux cheveux de soie
 

 Il se regarda dans le miroir et ferma les yeux. Dégout, crainte et horreur formaient à cet instant un cocktail assez explosif dans sa tête. Il plissa les yeux et laissa ses mains « ensanglantées » (c’était un grand mot car il n’y avait que trois gouttes) devant lui, à la manière d’un zombie sortit tout droit d’un film des années 80. Chochotte vous disiez ? C’était un faible mot tout compte fait. Silas Ederman était une fillette qui ne s’assumait pas quand il s’agissait de sang, de chien et de toutes bestioles rampantes en général. Il ouvrit faiblement les yeux vers Priam. Maintenant, il se fichait bien de paraitre ridicule devant elle, depuis le temps, elle devait forcément connaitre son caractère. « Ne me laisse pas comme ça » demanda-t’il, toujours dans la même position. On aurait dit un demeuré: garçon si grand, si charismatique et si intelligent en cours, mais véritable baltringue quand il s’agissait de mettre fin à sa propre hémorragie. « Putain et moi je saigne tout les mois ça vaaaaa ! » répondit Priam en s’affalant sur le canapé. Sa voix l’interpella. Cet accent ukrainien trop prononcé… Il le connaissait, tout comme cette impulsivité. « Tu veux me faire devenir gay en tentant de me dégouter définitivement de l’anatomie féminine ? Je suis entrain de clamser, c'est pas ça qui va me sauver tu vois ?  » dit-il, les yeux toujours fermés. «  Ça y est, je crois apercevoir la lumière blanche » mentit-il tout en sortant de son immobilisme pour se rendre dans la salle de bain. Il évita de se regarder dans la glace, préférant directement se rincer les mains et le visage très lentement. Il serra les dents quand il vit le rouge s’écouler dans le lavabo, mais ne fit aucun commentaire sur le reste, bien que le haut le coeur qui s'en suivit fut assez mémorable: il eut comme l'impression d'avoir approcher la brosse de sa brosse-à-dent trop près de sa glotte. Il sortit de la salle de bain en soufflant de soulagement et en regardant fièrement ses mains propres avant de jeter un oeil à Priam et son air revêche dans le canapé. Il s’assit pour la rejoindre de l’autre coté du fauteuil, allongea ses jambes de son coté, puis tira ensuite sur lui un plaid qui trainait sur la table basse. Il plissa les yeux pour observer Priam. Cette mine, cette voix, ce tempérament… « T’as bu ? » demanda-t’il d’une voix beaucoup plus calme. Il avait un regard suspect et avait haussé la tête pour la regarder de haut. Il s’enroula un peu plus dans le plaid en se faisant un capuchon à l’aide de la couverture. « Viens ici » demanda-t’il dans un sourire. Il lui donna un léger cou de genou pour faire bouger son bras. « Mais doucement » ajouta-t’il directement après en se redressant dans le fauteuil, toujours accompagné de son capuchon-plaid qui lui donnait un air de jedi en herbe tout à fait grotesque. À la chaleur qui traversa son dos, il reconnu sans pudeur qu’il n’attendait que ça. Problème, il y avait quelque chose d’autre: une inquiétude, une épée de damoclès qui le mettait mal à l’aise. Pourquoi la menace de Charlie l’affectait autant ? Il perdit un peu de son sourire en pensant à ça. La logique aurait voulu qu’il s’éloigne, mais c’était toujours plus fort que lui. Cette « amitié" le mettait toujours de bonne humeur et lui donnait envie de l’entretenir comme au premier jour. Le gout du risque peut-être ? Sans doute. Comme toujours, il balaya cette idée d’un battement de cil. Il était spécialiste quand il s'agissait d'entasser les problèmes loin au fond de sa tête. « Ne me fais pas de mal » se moqua-t’il en resserrant le capuchon autour de son cou comme le ferait une grand-mère apeurée ou… un attardé. Il rit un peu et ça lui fit mal au niveau du nez. Il arrêta de rire d’un trait, prenant une mine grave et restant immobile le tant d’une seconde avant de fermer les yeux de soulagement: il avait cru qu’il saignait encore du nez. Il rouvrit les yeux. « J’ai trop d’émotions quand t’es là: peur, colère, passion, amour » dit-il en prenant un sourire moqueur, faisant par là l’imitation parfaite d’un commentaire d’une tragédie grecque.
© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Ven 3 Juin - 18:26
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
Elle ricanne. T'as jamais couché avec une meuf indisposée ? non ne glisse pas dans cette voie là Priam. Elle pense furtivement qu'il est peut-être moins fun qu'il en a l'air le Silas, sa réaction le montre d'une certaine manière, c'est un petit garçon collégien qui pense à serrer les filles sans comprendre ce que cela implique. En fond de pensées, les complaintes de Frère Silas, ça finit par amuser l'Ukrainienne qui admettait que sous ses airs de chochotte il restait quand même un peu drôle. Lorsqu'il lui demande de se rapprocher, Priam se laisse faire et se glisse naturellement contre lui et sa couverture jedi,ils ressemblent désormais à deux parfaits eskimos dans leur salon pourtant bien chauffé. Arrête de faire le faible ou je vais te faire vraiment mal. riposte la brunette avant de fermer les yeux puis pouffer aux dires de l'étudiant. Dans un tout autre contexte elle aurait peut-être eut le blush aux joues, un doute, le cœur qui s'emballe un peu, mais l'alcool semblait lui redonner un peu du bon-sens qui lui faisait habituellement défaut. "Amour", quel mythomane ce type. restant un instant lovée contre lui, s'endormant presque, la jeune femme se redresse soudainement. Putain j'ai de la D ! un large sourire s'installe sur son minois tandis qu'elle fixe Silas droit dans les yeux. Légèrement, sans faillir, Priam se rapproche de lui et pose délicatement ses lèvres contre les siennes en un baiser doux et lent avant de reculer. Encore mieux que des antidouleurs.. murmure-t-elle en glissant ses mains sous le t-shirt du blondinet; t'en veux ?
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Dim 5 Juin - 21:29
La fille aux cheveux de soie
 

 
« T'as jamais couché avec une meuf indisposée ? » lui demanda-t’elle en réponse à sa dernière phrase concernant l’anatomie féminine. Comme il levait la tête pour éviter que l’hémorragie ne salisse son carrelage, il baissa les yeux sur elle en fronçant les sourcils.  « Tu te fous de moi ? Je ne supporte deja pas trois gouttes de sang, ce qui n’est rien comparé à l’ouragan que vous avez tous les mois entre les jambes. Jamais, et c'est pas près d'arriver » dit-il avant de se diriger dans la salle de bain. « Chez nous, quand les filles ont leur règles, elles dorment par terre dans la cuisine, pas trop loin du panier de Médor » dit-il très sérieusement, alors que ça blague stupide le faisait mourir de rire intérieurement: il avait un humour potache qui lui plaisait particulièrement, au grand désespoir de ses amis, ce qui le ravissait. C'était par exemple tout à fait son style de critiquer les Yankees pas trop loin d'un fervent supporter juste pour foutre la merde (et si c'était possible de glorifier les Boston Red Sox, c'était encore mieux).
Il se nettoya le visage avec précaution avant de partir vers le salon pour s’allonger dans son fauteuil et se recouvrir du plaid. Il loucha à nouveau sur sa « blessure de guerre » et se plaint une nouvelle fois. « Arrête de faire le faible ou je vais te faire vraiment mal » dit Priam en pouffant. Silas plissa le yeux en la regardant, pensant qu’il était facile de se moquer quand on était pas dans position, ou même plutôt dans sa peau. C’était douloureux cette connerie, mais personne ne semblait vouloir le croire (excepté sa grand-mère qui de toute façon le défendait corps et âme quoi qu’il advienne). Il rigola avec cynisme. « T’es pas la première à me dire ça, et je suis toujours là. Donc, l’Ukraine va se calmer vite fait et redescendre tout aussi rapidement ok ? » dit-il en souriant. Il bougea son genou pour la bousculer légèrement avant de l’inviter à venir. Elle s’exécuta assez facilement, alors qu’il pensait qu’elle allait peut-être lui en faire voir de toutes les couleurs avant de se décider à le rejoindre, néanmoins, elle pouffa quand il finit par lui avouer les « sentiments » qu’il éprouvait quand elle était avec lui. « "Amour", quel mythomane ce type » répondit-elle. Au début il sourit, puis il fronça un peu les sourcils quand elle cessa de le regarder pour se lover contre lui. Il ne savait pas trop où était le problème, mais il n’était pas très bien en pensant à Priam et ce qui se tramait autour. Charlie lui avait donné une mission qu’il se devait d’exécuter, mais à présent, il croisait juste des doigts pour qu’elle l'oublie vite et définitivement. « Si tu le dis » répondit-il d’un ton distrait, loin de son enthousiasme habituel. « Si tu le dis… » répéta-t’il à nouveau, mais plus pour lui-même cette fois.
Pendant les cinq minutes qui suivirent, il ne fait pas attention à celle qui se reposait sur lui, mais plutôt aux problèmes qui l’attendaient s’il ne trouvait pas rapidement une solution aux soucis qui l’attendait. Fixant un point fixe et plongé dans ses réflexions, il eut un sursaut quand Priam se releva d’un bon: « Putain j'ai de la D ! » dit-elle d’un air triomphant. Il la regarda d'un air intrigué et cligna plusieurs fois des yeux. « D comme dentelle. De la dentelle donc » affirma-t’il, conscient que ça ne voulait strictement rien dire. Il refusait de croire que ça pouvait être ce à quoi il pensait.
Amusée, la jeune femme se pencha sur lui pour l’embrasser doucement, mais lui garda les yeux ouverts alors que son cerveau commençait à se mettre véritablement en éveil. « Encore mieux que des antidouleurs… » dit-elle alors que ses mains passèrent sous son tee-shirt, ce qui lui plus instantanément. Il se redressa un peu en la regardant avec sérieux. « Non, je te crois pas » dit-il d’un air suspicieux, alors qu’il jetait tout de même un coup d’oeil vers son sac. « Si c’est vrai… » commença-t’il en la regardant, mais il n’acheva pas sa phrase. Si c’était vrai que ferait-il qu’il ferait ? Evidemment qu’il en prendrait. « J'appelle les flics » plaisanta-t'il avant de se laisser de nouveau aller en arrière pour coller son dos à l'accoudoir. Il regarda de nouveau vers ses affaires, intrigué. Il eût un mine contrariée. Pourquoi mentirait-elle ? Aucune utilité. Il tourna les yeux vers elle, prenant un visage étrangement neutre. « Tu me fascines » dit-il simplement sans cesser de l'observer. « Vraiment » ajouta-t'il. Qu'est ce que je vais faire de toi maintenant ? il ne savait pas pourquoi il posait cette question. Même si elle avait ses mains sous son tee-shirt et qu'il sentait ses doigts caresser son épiderme, tout ca était bien loin dans sa tête. Il savait qu'ils étaient fait pour s'entendre, mais c'était étrange de voir qu'à chaque fois qu'il pensait la connaître il y avait une nouvelle facette d'elle qui se dévoilait et qu'inévitablement il l'aimait encore plus que les précédentes.
© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Ven 10 Juin - 2:15
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
Priam se marre aux habituelles blagues un peu gamines de Silas. Il a toujours le mot pour rire, c'est souvent pas très drôle mais peu à peu l'Ukrainienne elle a apprit à rire non plus des mots pas très drôles prononcés par l'étudiant mais plus de la manière et du contexte dans lesquels il les sort. C'est une façon d'être, c'est un tout. Les mêmes mots dans une autre bouche ne seraient pas aussi amusants. Poussant un soupir, faussement blasée, la jeune femme marmonne : Moi j'aime les hommes qui m'aiment tout les jours du mois. elle a l'impression de citer du facebook et ça la fait un peu marrer. Mais le fond y est, d'une certaine manière.
Quand le blondinet ne semble pas prendre au sérieux ses menaces, Priam secoue doucement la tête : C'est parce qu'en Amérique vous êtes tous des tapettes. sur ces mots elle le nargue avec un froncement de nez taquin, avant qu'ils ne se retrouvent l'un blottit contre l'autre. Comportement inédit mais naturel ce soir là. Des mots nouveaux étaient évoqués, et Priam les prenaient au second degré jusqu'à ce que Silas ne semble cette fois-ci, pour la première fois -sans compter l'étonnement qu'il eut en ouvrant la porte- tout à fait sérieux. En entendant "si tu le dis", la jeune femme fronce légèrement les sourcils et s'écoulent quelques secondes de silence où les deux étudiants semblent perdus dans leurs pensées. Sans s'en rendre compte, Priam avait le coeur qui battait beaucoup plus vite. L'idée de plaire était particulièrement excitante chez elle, bien souvent cela réveillait toute sa libido, elle pouvait se contenter de trouver quelqu'un attirant sans le désirer réellement jusqu'à ce que ce dernier n'éprouve du désir pour elle. Mais être aimée c'était encore autre chose. Quelque chose d'un peu plus inédit. On l'avait aimée pour ensuite la préférer à sa soeur, on l'avait aimée pour finalement en aimer une autre en même temps et ne jamais s'en détacher. Pouvait-on l'aimer pour elle et juste elle, et s'en détacher pour de vraies raisons et non parce qu'une pétasse trouvera meilleure grâce aux yeux de l'amant en question ?
Ces pensées sont dangereuses pour son équilibre. Son égo oscille entre la volonté de se gonfler et la peur d'être à nouveau brisé. Typiquement féminin; Priam s'emballait sur un soupir de "si tu le dis" de la part d'un homme qui avait la fâcheuse manie de constamment faire le pitre.
C'est en espérant fuir toutes ces pensées, c'est en ayant une libido titillée par la consommation d'alcool, que la jeune femme se redresse en pensant à la MDMA qu'elle évoque instantanément. Tu ne me crois pas ? Ça va c'est pas compliqué à trouver, tu me prends pour qui. Répond-t-elle amusée avant de rire franchement face à l'évocation des flics. Priam se recule un peu avant d'attraper son sac si reluqué par Silas et d'en sortir une petite boîte, l'ouvrir, et en sortir quelques pochons dans lesquels se trouvaient les petites pilules colorées. Sortant sa flasque de vodka, la jeune femme n'hésite pas à s'en aider pour prendre une taz'. Puis elle s'arrête net, et tourne la tête vers son hôte. Elle se mettrait presque à rougir, il la rendrait presque sobre en quelques petits mots de fascination. Tu n'as rien à faire de moi. réplique-t-elle simplement avant que son sourire ne s'efface peu à peu, comme si un masque de plaisanterie et de jeu tombait pour laisser place à un peu plus de sincérité touchée sans vouloir l'avouer par l'attitude du blondinet.
Se penchant sur Silas, Priam glisse à nouveau ses mains sous son t-shirt tout en collant ses lèvres aux siennes pour un bref instant. Lorsqu'elle se recule un peu, ses yeux ne quittent pas ceux du pitre qui lui aussi a abandonné son masque de pitre. Un éclair de lucidité la traverse, et il ne lui demande en rien de s'arrêter, alors la jeune femme entreprend d'enlever le haut de l'étudiant avant de sourire. Tout ses gestes sont plutôt lents, comme si elle craignait de briser quelque chose, de bousculer la bulle qu'ils se sont créés sans s'en rendre compte, pousser Silas dans son rôle de clown. Elle est lente comme pour déguster ce qu'il se passe vraiment, de manière inexpliquée. Ne me fait pas l'affront d'avoir mal.. murmure-t-elle à son attention avant de l'embrasser à nouveau avec une certaine passion, pressant son corps contre celui du blondinet.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Sam 11 Juin - 0:07
La fille aux cheveux de soie
 

 « Moi j'aime les hommes qui m'aiment tous les jours du mois » dit Priam en poussant un soupir. Il ne put s’empêcher de rire quand il entendit ça. Se tournant vers elle, il plissa les yeux et entrouva légèrement les lèvres, prenant un air affreusement efféminé: « C'est trop mignoooon. Hashtag Love, Hashtag One Direction » répondit-il en tentant d’imiter le dernier des abrutis d’une télé-réalité. « C'est parce qu'en Amérique vous êtes tous des tapettes. » dit-elle en fronçant le nez, taquine. Silas prit un air outré. Froncer le nez, c’était bien quelque chose qu’il ne pouvait plus faire, à moins de saigner une nouvelle fois. « Saletés d’immigrés » plaisanta-t’il alors qu’elle se laissait aller contre lui. Elle n’avait pas relevé le « si tu le dis » qu’il avait prononcé plus tôt. Quelque part, ça l’arrangeait. Pas parce que ça laissait des ambiguïtés naitre (il s’en foutait de ça, il était très honnête sur les sentiments qu’il éprouvait), mais parce que ça le confortait dans l’idée qu’elle n’éprouvait rien pour lui, ce qui n’entrait pas dans les plans de Charlie. Peut-être s’écarterait-elle de la vengeance en réalisant qu’elle avait faux sur toute la ligne ? Ou pas. Il eut un frisson.
« Tu ne me crois pas ? Ça va, c'est pas compliqué à trouver, tu me prends pour qui ? » demanda-t’elle, amusée. Il regarda son petit air provocateur avec attention. « Pour une fille majeure de sa promo à Columbia » dit-il dans un rire. Elle était aussi irrécupérable qu’il le pensait. Cette pensée le fit rire. Il pensa à Emma, une fille qui faisait parti du groupe avec qui il passait le plus clair de son temps. Elle ne pouvait pas supporter Priam et disait sans cesse que c’était une alcoolique, en plus d’être une allumeuse shootée à l’héroïne. Que dirait-elle si elle était au courant de ce que la jeune femme trimbalait dans son sac ? Silas sourit. N’en déplaise à Emma, ce n’était pas elle qui l’influençait dans ses relations et il se foutait pas mal de son avis. Priam lui plaisait pour ce qu’elle était, n'en déplaise à certain. Il la regarda fouiller dans son sac: son attention redoubla dès quelle commença à sortir les bonheurs artificiels sous forme de pilules.  Il ne lui demanda pas son avis et se servit aussi, avant de prendre la flasque de vodka.
« Tu n’en as rien à faire de moi »dit-elle soudainement. Il fronça les sourcils, ne comprenant pas pourquoi la jeune femme avait d'un coup ce genre de déduction. Avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, elle l’interrompit dans sa pensée en l’embrassant. Quand elle voulu se redresser pour y mettre fin, il referma ses bras sur elle et la garda tout contre lui, faisant perdurer leur baiser. Il arrêta en embrassant le coin de ses lèvres, glissant de sa joue jusqu’à son oreille où il se mit à rire « J’en ai tellement rien à foutre de toi… Je te prends, puis je te jète » plaisanta-t’il en continuant de la serrer contre lui. Il l’embrassa dans le cou avant de lâcher prise. Elle recula et le regarda, sérieuse. Son sourire à lui aussi s’effaça alors que son coeur commença a s’accélérer durant leur échange silencieux. Quand elle se mit à ôter son vêtement, tous ses sens s’éveillèrent. Le courant d’air sur sa peau lui donna un effet revigorant. C’était fait avec lenteur, une façon de s’appliquer qu’il ne lui connaissait pas.
« Ne me fait pas l'affront d'avoir mal… » murmura-t’elle. Peut-être était-ce sa voix, peut-être était-ce son souffle… Le fait était qu’il sentit une chaleur agréable le traverser, une chaleur suffisante pour qu’elle éradique la douleur qui enflammait son visage depuis le début de leur rendez-vous. « Ne me fais pas l’affront de t’arrêter » répliqua-t'il simplement, faisant référence à leur dernière entrevue. Elle l’embrassa, se pressant contre lui. Il lui rendit son baiser avec la même passion, serrant son corps contre le sien. Instinctivement ses mains glissèrent en dessous de ses vêtements, caressèrent son dos, avant de descendre jusqu’à l’extrémité de son tee-shirt afin de l'enlever. Lorsqu'il la découvrit, son esprit lui dévoila quelques souvenirs alors qu’il s’échaudait déjà des images qu’il avait sous les yeux. Il la ramena une nouvelle fois contre lui. Il voulait la garder, la sentir, être le plus proche possible d’elle. Il mit une main derrière la nuque de la jeune femme. « Si j’en avais rien à faire de toi, tu ne serais pas là » dit-il sérieusement. Son pouce caressa ses lèvres. Il avait un visage placide qui finit par se rayer d'un sourire. « Tu le sais que tu me plais » dit-il en riant un peu.  « Tu le sais ça ? » demanda-t'il en cherchant à la faire sourire. « Tu préfères que je fasse le connard c'est ça ? Je peux le faire, mais ça me va pas  » dit-il avec humour.
© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Sam 18 Juin - 23:10
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
L'ambiance vrille doucement mais sûrement. Silas sait-il ce qu'il fait ? Aucune idée. Priam ne réfléchit pas, elle se laisse aller et prend conscience petit à petit que quelque chose tend à ne pas être que le jeu auquel ils jouaient quelques jours, quelques heures et quelques minutes auparavant. Le moment n'est plus aux pitreries, bien qu'ils aient toujours la complicité de se répondre avec une pointe d'esprit. Arrêter ? Elle n'y comptait pas, pas cette fois. Sentir les bras de Silas se resserrer autour d'elle, ses mains la saisir, lui donne un confort particulier. Piochant son désir dans le désir des autres pour elle, Priam ne se délecte jamais mieux que lorsqu'un homme semble la désirer plus que tout, même l'espace de cinq secondes. Et c'est l'impression que lui donne le jeune homme en ce moment même. Elle en est presque surprise, lorsque calme, Silas caresse ses lèvres d'un revers du pouce; mais finit par rire légèrement face à ce qu'il dit ensuite. Non je préfère que tu me regardes comme tu me regardes maintenant., finit-elle par répondre légèrement taquine mais sans une once de mensonge avant de se redresser , surplombant ainsi son hôte, sans le quitter des yeux, et enlever son gilet et sa chemise, se retrouvant seins nus. Un léger frisson parcours sa colonne vertébrale, ils se retrouvent à égalité, mais pas que physiquement. Une réelle égalité s'installe et tout d'un cou, sans s'en rendre compte, Priam place beaucoup d'intérêt en la personne à qui elle fait face et en ce qu'elle s'apprête à faire. Je te plais à quel point ? demande-t-elle cette fois, pour la première fois sans prétention, sans air supérieur, mais au contraire vraie : vulnérable.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Mar 21 Juin - 0:08
La fille aux cheveux de soie
 

 « Non je préfère que tu me regardes comme tu me regardes maintenant » dit-elle d’un air taquin. Il sourit quand elle se mit à rire. Il n’aimait pas trop le ton sérieux qu’elle avait pris tout à l’heure, ni même la mine inquiète qu’elle avait eu en s’interrogeant sur l’intérêt qu’il lui portait. Il la préférait vive, c'est à dire comme elle était d’habitude quand il la taquinait. Il se disait que, de tous, c’était bien de lui dont elle avait le moins à se méfier. Il s’estimait franc et savait ce qu’il valait. Il se figurait comme un « gentil ». Un gentil un peu menteur et un peu fouteur de merde par moment, mais un gentil quand même. « Comme ça ? » demanda-t’il en papillonnant exagérément des yeux. « Ou comme ça ? En mode marcheurs blancs » ajouta-t’il alors qu’il révulsait ses yeux derrière ses paupières. Il sourit et mit son bras derrière sa tête pour la surélever légèrement. Priam se redressa et retira son haut, la découvrant. Il arrêta de sourire en haussant un sourcil. Il s’y attendait sans vraiment s’y attendre. Il pensait qu’elle allait continuer de minauder et prendre d’avantage de temps, puisque c’est ce qu’elle lui avait dit la dernière fois. Son coeur envoya du sang dans ses artères. « Je te plais à quel point ? » demanda-t’elle. Il détacha lentement son regard de la poitrine de la jeune femme. Il avait entendu à demis mots, mais il fallait encore qu’il retranscrive la phrase dans son esprit pour qu’il allume la partie du cerveau réservée au mécanisme de la parole. Il la regarda dans les yeux, mais ce fut substint et perturbé. « À quel point…? » répéta-t’il d’une voix distante. Il fronça les sourcils, comme si quelque chose le dérangeait, puis parut agacé: « Comment tu veux que je sois un minimum objectif si tu me montres tes seins ? » dit-il en lui lançant un regard réprobateur.  Il cessa de l'observer et leva le yeux au ciel pour réfléchir, le tout sans le moindre sourire. Il avait la bouche entrouverte tant dis que ses iris voyageaient entre deux points invisibles au plafond, comme s'il cherchait l’inspiration pour un devoir particulèrement complexe. Il finit par hausser les épaules et baisser les yeux d'un air simpliste, sans même la contempler d’avantage. « Tu sais moi… » commença-t’il dans un soupire, puis il s’interrompit. L’image de Charlie lui revint brièvement en tête, ce qui le dérangea. Il se racla la gorge, ne la regardant toujours pas, fixant plutôt son nombril, même s’il ne regardait rien de particulier en cet instant. « Arrête avec Andy, ok ? Arrête maintenant. Pas dans deux ans, quand tu te seras lassée » dit-il en prenant une inspiration. Ses yeux remontèrent vers ceux de la jeune femme. Il avait un visage placide, sans expression particulière. Peut-être croirait-elle a une crise de jalousie ? Il s’en moquait. C’était pour elle qu’il disait ça: si le fait de croire qu’il avait la moindre once de jalousie pour Andy l’aidait à s’en détacher, il continuerait de lui faire croire.  « Tu me plais » finit-il par dire d'une neutralité déconcertante, à croire qu'il s'en moquait. « Tu me plais… Comme un belle journée de printemps… Parfaite pour planter une graine » ajouta-t’il avant de partir d’un grand rire. Il leva son bras pour lui pincer nez affectueusement, fier de sa blague vaseuse, puis regarda à nouveau le plafond avant de finir par se calmer en laissant le silence s’installer. Son sourire s’affaissa peu à peu pour laisser place à un visage plus sérieux, à croire qu’il avait oublié que la fille qu’il désirait depuis des mois se trouvait à califourchon sur lui et à moitiée sur son grand corps désarticulé de la raclée qu'on lui avait mise peu de temps avant. « Tu me plais comme à un gars qui prétend sortir avec une fille juste pour attirer son attention depuis des mois ».
© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Mar 6 Sep - 20:18
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
Priam lève les yeux au ciel en poussant un soupir quand Silas joue pour la énième fois les abrutis. Elle pince la bouche, peu satisfaite, avant de rire un peu. Comment fait-il pour produire autant de conneries à la suite sans une once de réflexion ?
Quand elle lui demande à quelle point elle lui plaît, la réaction de l'étudiant n'est pas tout à fait ce qu'elle attendait. Alors l'Ukrainienne fronce un peu les sourcils, entre la vexation et l'inquiétude. D'une certaine manière il n'avait pas vraiment tort, ce n'est pas sur le point de coucher qu'il faut demander à un homme combien on l'intéresse...
Devant le temps de réflexion de Silas, Priam se mit à déglutir doucement, consciente des films qu'elle s'était montée : elle devait sans doute lui plaire comme une bonne fille à baiser entre deux paquets de chips. La brunette eut la mine serrée et croisa les bras, posant chacune de ses mains sur un de ses seins, plus tout à fait sûre de ce qu'elle faisait ici, chez lui, avec lui, sur lui. Elle arque un sourcil quand il évoque Andy. En quoi ça te regarde ? demande-t-elle calmement, sans une once d'agressivité bien que la formule n'avait rien d'accueillant. Elle espérait qu'il avancerait des arguments pour se mettre en avant face à son amant de "toujours", mais il enchaîna sur une blague. La blague de trop. Priam poussa un soupir beaucoup plus puissant cette fois-ci. Okay, c'est bon. Silas semble repartit dans ses réflexions mais la belle quitte le canapé, vexée, jusqu'à ce que la voix de son compagnon se fit entendre à nouveau. Se retournant pour le regarder, alors qu'elle est debout, ignorant la pointe que ses mots venaient de créer en elle, elle répond : Je croyais que c'était pour ta réputation. son ton est sec, elle le teste alors qu'elle a toute l'envie du monde de le croire sur parole. Finalement elle se rassied, à côté et non plus à califourchon, cachant toujours sa poitrine. Tu sais tu peux me dire que t'as juste envie de coucher et qu'on est potes, je vais pas rentrer chez moi pour autant. Sois juste honnête.
Une manière détournée de lancer un "C'est vrai ?" qu'elle n'osait pas demander.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Jeu 13 Oct - 2:54
La fille aux cheveux de soie
 

 « En quoi ça te regarde ? » demanda-t’elle en arquant un sourcil. La voix était agressive, et il comprenait pourquoi. Il ne savait juste pas comment s’expliquer. En lui disant la vérité ? « P, j’ai promis à ma cousine vengeresse de tout faire pour que tu m’aimes et t’envoyer chier comme une merde après ? » Non, ce n’était pas possible. Il n’était pas comme ça, à punir les gens qui ne le méritait pas. C’était le robin des bois des temps modernes, à défendre les pauvres et s’acharner sur les riches. Priam ne faisait parti d’aucune de ses catégories. Il ne comptait rien lui faire, et il ne comptait pas s’en prendre à sa cousine non plus. Il la regarda silencieusement. « Les gens ne sont pas gentils Priam » répondit-il. Il avait l’intuition qu’elle n’allait pas l’écouter. Elle était insouciante, imprudente, et c’était pour ça qu’il l’appréciait, mais il espérait vraiment qu’elle l’écoute. L’ambiance était redescendue et la jeune femme avait placé ses mains sur ses seins afin de les cacher. Silas rit pour détendre l’atmosphère et fit une blague vaseuse, comme à son habitude. Il partit d’un grand rire sans se poser de question, mais Priam le prit mal. C’était peut-être trop, mais il ne s’attendait pas à une telle réaction. En un battement cil elle s’était déjà éloignée. Il s’arrêta instantanément de rire et se redressa sur les coudes. Son visage blessé lui fit un peu lorsqu’il eut une mine incrédule, mais il n’y fit pas attention. Il la regarda s’éloigner, prête à s’échapper et dit d’un ton simple ce qu’il pensait vraiment: « Tu me plais comme à un gars qui prétend sortir avec une fille juste pour attirer son attention depuis des mois » C’était vrai. Pour une fois il ne menait pas, il ne mettait pas de filtre à ses mots. Il n’y avait pas d’exagération, ps de sourire en coin, pas de regard malicieux s’impatientant d’avoir une réponse rapide et claire. C’était simple, c’était limpide, mais c’était encore flou quelque part: cette phrase ne disait pas les choses, elle ne faisait que les figurer. « Je croyais que c'était pour ta réputation » dit-elle d’un ton sec. Il fut soulager de voir qu’il y avait encore un dialogue possible, mais surtout qu’elle s’inquiétait de savoir quelle serait ses motivations, car c’était ça le fond de la question. « Qu’est ce ça peut te faire au final ? Tu es avec Andy » dit-il, toujours redressé sur ses coudes. Retourner la situation à son avantage, et ne pas répondre. Il n’était pas jaloux, mais il ne comprenait pas ce qu’elle lui trouvait à celui-là. Priam sembla hésiter, puis se rassit à coté de lui, le forçant à s’assoir correctement. Il place ses coudes sur ses avants bras et pencha sa tête en avant pour bailler. Le voilà pensif à présent. Charlie, Andy, le site… Tout ça ne l’aidait pas au final. « Tu sais tu peux me dire que t'as juste envie de coucher et qu'on est potes, je vais pas rentrer chez moi pour autant. Sois juste honnête ». Priam le sortit de sa torpeur. Il leva la tête et la tourna vers elle, la fixant de ses yeux verts. Il ne dit rien pendant quelques secondes et resta muet sous sa contemplation, car il contestait à quel point, à quel niveau,  il était facile de tromper Priam. elle était amoureuse des mots, et pas de la personne. Elle était sensible aux belles paroles, mais pas aux actes. Que demander de plus pour un homme déjà excité à l’idée de la voir à moitié nue, chez lui qui plus est. C’était facile de répondre à cette question. « Je suis honnête, je t’ai déjà tout dit » répondit-il d’un ton moqueur tout en fronçant les sourcils, se disant qu’on ne pouvait pas être plus clair. « Moi je ne veux plus qu’on soit amis » ajouta-t’il en la regardant. Il se redressa et laissa ses yeux glisser sur son corps. Il lui fit un sourire amusé. « Retire ça, ne sois pas bête » dit-il d’un ton moqueur. Il s’avança, puis l’embrassa tout en retirant ses mains de sa poitrine. Son bras passa en travers de son dos et il la tira vers lui, se sentant étrangement léger. Il la voulait près d'elle, tout près d'elle. Il serra son corps contre le sien, laissant sa poitrine embrasser son torse au même titre que ses lèvres embrassaient les siennes. Elles étaient chaudes, elles étaient douces, mais plus étrange, il sentait son propre pouls raisonner dans tout son corps. C’était fort. Il avait peur que Priam sente les vibrations à son contact. Il s’interrompit et prit une inspiration. Les pilules qu’ils avaient consommé peu de temps avant leur mise au point commençaient à faire leur effet. Il ferma les yeux lentement, les lèvres légèrement ouvertes, écoutant des sons qu'il ne connaissait pas, sentant avec douceur le parfum délicat de la fille juste à coté de lui.

© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Lun 26 Déc - 18:23
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
Je ne suis pas avec Andy. répondit Priam avec fermeté avant de froncer les sourcils, ça ne marche pas comme ça.. ajouta-t-elle sans donner plus de détails. La torpeur scabreuse qui l'avait habitée se dissipait peu à peu, comme si la conversation actuelle flinguait l'ambiance mais peu à peu, sans pour autant bouger, l'Ukrainienne se sentait "rouler". C'était les pépites de l'illégal, les pastilles colorées faisaient la fête à sa tête et un état latent entre la somnolence et la frénésie rendait son corps électrique. Se laissant faire sans avoir quelque chose à dire ou à faire pour s'opposer à Silas, Priam semblait sans défense, jusqu'à ce que l'étudiant l'embrasse, ravivant ses sens d'un coup de fouet. La brunette passe ses bras autour du cou de son hôte, se pressant un peu plus contre lui, elle ne savait plus lequel des deux tremblait intérieurement le plus. Était-ce son pouls à lui ou le sien à elle? Est-ce que se poser plus de questions encore valait réellement le coup ? Fermant les yeux au fur et à mesure, Priam renforçait son étreint sans cesser d'embrasser le blondinet tandis qu'elle glissait une main indiscrète du torse de celui-ci à son bas ventre, frôlant son membre du bout des doigts avant de le prendre en main.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Sam 31 Déc - 0:46
La fille aux cheveux de soie
 

 " Je ne suis pas avec Andy "  dit-elle en fronçant les sourcils. Elle avait l'air d'une petite fille grincheuse. Silas haussa brièvement les épaules, l'air de rien, mais il était content qu'elle ne se considère pas en couple avec ce blaireau. Il s'empresserait de répéter ça à sa chère et tendre cousine @Charlie Swanson. "Tant mieux" répondit-il simplement, sans en dire d'avantage. Parfois il avait envie de la secouer et de lui dire que le pire allait venir après, mais c'était sans compter la mauvaise foi dont il faisait preuve dans toute cette histoire. Un jour elle saurait, et ce jour là... Silas secoua la tête. Il n'avait pas envie d'y songer. D'ailleurs, la situation ne s'y prêtait pas vraiment. Doucement, leur conversation c'était ensevelie sous le paradis artificiel qu'ils avaient consommé. Silas embrassa la jeune femme, qui se laissa aller en se serrant contre lui. Ainsi, son corps collé au sien, il se sentit étrangement bien et serein. Ses mains longèrent le corps de la jeune femme, alors que son esprit commençait à s'échauder sous ses caresses de plus en plus provocatrices. Elle lui faisait e l'effet, il n'y avait pas photo. Lentement, il fit glisser sa main jusqu'à son entrejambe, continuant ses baisers. Il avait l'impression d'être présent sans vraiment l'être, mais surtout, de sentir et découvrir tout élément autour de lui. Priam faisait partie de la bulle où il se trouvait. Jouant avec son intimité, il finit par se redresser et s'arrêta en clignant les yeux. "J'ai l'impression que je vais baiser au paradis" lâcha-t'il en la regardant. Puis il se remit à l'embrasser et l'allongea sur le dos.
© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Jeu 12 Jan - 2:04
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
Elle eut un léger sourire face à la réponse de Silas, elle ne savait pas vraiment si c'était le ton ou le regard qu'il avait eut, l'idée qu'il puisse être jaloux ou bien l'éventualité d'un sujet désagréable clos pour la soirée, mais il y avait quelque chose d'agréable et de tranchant dans la réponse de Silas. Peut-être qu'elle appréciait un peu plus l'espèce de virilité qui émanait de lui lorsqu'il arrêtait de faire le pitre quelques instants, qu'il cessait d'être un abruti et ressemblait un peu plus à ... un charmant.
Des frissons se mirent à parcourir le corps de Priam avec un peu plus de volonté et de frénésie, elle était presque tremblante, entre la fragilité et l'excitation exacerbée, la réflexion du blond tombait à pique et l'Ukrainienne se mit à rire spontanément tout en le dévorant des yeux tandis que son dos rejoignait le canapé. Elle avait arrêté tout geste lubrique envers l'intimité de son amant, se contentant de ressentir ce qu'il avait lui à lui offrir, mirer un instant ses traits fins et abîmés par la violence, ses yeux sournois et en amande à l'inverse totale des siens ronds et naïfs. Eh.. fit-elle doucement, à la manière de l'Est plus qu'à l'Américaine. Elle jura brièvement en sa langue natale tout en se redressant avant d'attraper Silas par la nuque. On avait dit que ce serait moi qui te baiserais. susurrait Priam très sérieusement avant d'étirer un long sourire qui disparu rapidement sous le baiser ardant qu'elle déroba au jeune homme avant de s'installer à califourchon sur celui-ci. Profites de la vue.. lui lance-t-elle, taquine, avant de pousser Silas à s'allonger en appuyant sur ses épaules avec ses mains. Le tenant ainsi allongé Priam finit par passer une main dans ses longs cheveux avant de se pencher sur le jeune homme pour l'embrasser tout en s'affairant à les réunir. Quelques soupirs de contrainte et de montée de plaisirs s'échouèrent sur le cou de l'étudiant jusqu'à ce que Priam réprima un léger gémissement en mordant l'épaule de Silas quand elle l'eut en elle.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
SBTRKT
avatar
Silas S. Ederman

▼ Date d'inscription : 24/10/2015
▼ Messages : 205
▼ Avatar : Mathias Lauridsen
▼ Crédits : faut-absolument-que-je-crédite



MessageSujet: Re: SIAM IV   Lun 23 Jan - 11:31
La fille aux cheveux de soie
 

 « On avait dit que ce serait moi qui te baiserais » dit Priam avant de lui dérober subtilement un baiser. Elle le poussa pour s’allonger puis s’installa sur lui. « Dans ce cas… » répondit-il en laissant sa tête aller en arrière un bref instant. Priam passa une main dans ses cheveux, le laissant apprécier la vue (ce qu’il fit). Au fond de lui, il jubilait. Le temps qui s’était écoulé entre leurs premières taquineries et cet instant lui avait paru démesuré. Parfois il se demandait si elle n’était pas un peu imbue d’elle-même, à force de se refuser à lui comme si c’était l’incarnation de la Vierge elle-même. Il n’était peut-être tout simplement pas assez subtile pour comprendre le véritable « enjeu » de tout ça.
La brune lâcha un gémissement au dessus de lui, lui donnant un excès de fièvre. Son coeur battait vite, il avait l’impression de voir l’artère au niveau de son bras vibrer sous son épiderme. Ses mains longèrent le corps de la jeune femme pour se loger au niveau de ses hanches. Doucement, il se mit à faire des mouvements de vas et viens, au début lents, puis de plus en plus rapides. Chaque mouvement lui donnait l’impression de shots d’adrénaline. Son inspiration se bloquait par pour reprendre l’instant qui suivait, comme si rien n’était vraiment coordonné. Il aurait voulu embrasser Priam, mais son corps lui interdisait de rompre le rythme qu’il s’était fixé. Alors qu'il se concentrait sur son souffle et l'envie sournoise qui montait en lui, il croisa le regard fiévreux de la brune. D'un coup, ses nerfs lâchèrent prise, comme refusant de s'adonner à toute autre sorte de torture, aussi bienveillante fut-elle. Il ressentit une compresse appuyer sur ses membres, puis un voile de douceur l’envahir dans tout son corps. Sa main s’était un peu crispée sous le dos de la jeune femme. Il lâcha un soupir et étendit ses doigts en reprenant son souffle. Tout était confus à présent. Il avala sa salive et ouvrit à plusieurs reprises les yeux, comme pour s’assurer qu’il était bien dans le réel. Il avait chaud. Il se laissa quelques secondes de répit puis tourna les yeux vers sa compagne, laissant un silence s’installer avant de se racler la gorge. « On aurait dû faire ça bien avant » fit-il en la regardant du coin de l’oeil. Il lui sourit un peu avant de tapoter son nez du doigt et de l’embrasser avec une certaine tendresse.

© GASMASK
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATEUR SBTRKT
avatar
Priam B. Vasylchenko

▼ Date d'inscription : 25/10/2015
▼ Messages : 370
▼ Avatar : Lera
▼ Crédits : SOHA



MessageSujet: Re: SIAM IV   Sam 28 Jan - 23:02
Priam B. Vasylchenko a écrit:
LA FILLE AUX CHEVEUX DE SOIE
C'était un balancement perpétuel entre l'extrême légèreté et un poids oppressant. Rien de désagréable, tout de la petite mort, le son et l'image étaient en décalés, comme si la station était mal branchée alors que Priam se sentait plus connectée que jamais à Silas. Ils partageaient le même épicentre et tout un tas de marques au fer rouge venaient à solliciter leur plaisir tandis que l’effervescence glissait dans son corps et disparaissait petit à petit. Gravure à la plume, ça semblait à la fois long et rapide, impossible de savoir si ils avaient sués d'un rodéo enflammé où si la frénésie s'était emparée d'eux en une minute : un plaisir en stimulant un autre. Il était aisé d'être accroc au sexe, tout comme il était aisé d'être accroc à la drogue; les deux ensemble étaient le pur fruit défendu de l'Ukrainienne qui s'était surprise à lâcher, rarement, quelques mots dans sa langue natale, l'artifice de la substance ingérée lui permettant de ne plus se poser de question sur le blond, sur leur situation, sur Andy, rien. Rien que la nature, leurs corps, leurs peaux. Leur chaire et la bête à deux dos.
Quand tout s'essouffla petit à petit comme une tombée de neige délicate, Priam se laissa glisser : allongée contre son nouvel amant, et se refusa à ouvrir les yeux, comme pour graver dans son corps les sensations de cette danse, comme pour se les figurer mentalement. Elle fronça légèrement le nez lorsqu'elle sentit une touche dessus et se mit à rire légèrement, mais son rire fut avorté par le baiser de Silas qui n'avait rien à voir avec ses accès de passion passées. Il y avait quelque chose d'autre et si l'espace d'une seconde la jeune femme eut un léger mouvement de recul, surprise, presque méfiante, très vite elle posa une main sur le torse du jeune homme et répondit à son baiser avec la même tendresse accompagnée d'une certaine langueur qui avait le mérite d'être sincère. Au bout de quelques temps la brunette r'ouvrit les yeux et passa une main dans les cheveux de Silas pour les ramener en arrière et dégager son visage, elle l'observa ainsi un instant avant de l'embrasser à nouveau délicatement, s'échaudant à nouveau au fur et à mesure, l'incitant peu à peu à inverser les rôles.

Elle réfléchirait demain, quand elle rentrerait chez elle.
(c) AMIANTE

♡............................................................ ♥


HEY YOU YOU'RE LOOSING, YOUR VITAMIN C
©️ okinnel
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SIAM IV   
 

SIAM IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haydée de Lopburi - La recluse du trou de souris. [Terminée]
» Siam Des Myriades, Guerrière Divine des Nornes
» SIAM ∞ se faire baiser lui donne l'impression d'être aimée
» siam (+) money, power, glory.
» bouteille à la mer. (siam)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALAD DAYS :: new york, new york ! :: Brooklyn :: Habitations-